Podcasts sur l'histoire

WILLIAM SMITH, CSA - Historique

WILLIAM SMITH, CSA - Historique

William Smith est né dans le comté de King George, en Virginie, le 6 septembre 1797. Exploitant un service de car postal de Washington, DC à Milledgeville, Géorgie, il a été surnommé « Extra Billy » pour les paiements supplémentaires fréquents qu'il recevait de la poste. Département. En 1836, il est devenu membre du Sénat de Virginie, pour cinq mandats, puis a été élu à la Chambre des représentants des États-Unis, où il a également exercé cinq mandats. Smith a également été élu gouverneur pour un mandat et a servi de 1846 à 1849. Bien qu'il ait 63 ans lorsque la guerre de Sécession a éclaté, il a été nommé colonel. Membre de la Chambre des représentants confédérée à l'automne 1861, il resta actif à la fois dans la politique et dans l'armée jusqu'en mai 1862. Smith mena des troupes lors de la première bataille de Bull Run et Seven Pines et fut blessé trois fois à Antietam. Après avoir mis plusieurs mois à récupérer, il retourna sur le terrain et fut promu brigadier général en 1863. À Gettysburg, Smith fit preuve de courage mais manqua de compétences tactiques. Il a été réélu gouverneur de Virginie et a quitté le terrain au cours de la dernière année de la guerre pour prendre ses fonctions exécutives. Promu major général le 12 août 1863, il est nommé gouverneur en janvier suivant. À la fin de la guerre de Sécession, le gouvernement fédéral a offert une récompense à Smith ; mais une fois qu'il s'est rendu, il a rapidement été libéré sur parole. Smith devint agriculteur et mourut le 18 mai 1887 dans son domaine près de Warrenton, en Virginie.


Critique de livre : Général confédéré William « Extra Billy » Smith

Peu de personnages de l'époque de la guerre sont aussi complexes et intrigants que William « Extra Billy » Smith. Une célébrité nationale dans l'Amérique d'avant-guerre, il reste relativement inconnu en termes de bourse globale. La biographie de Scott Mingus occupe un créneau important.

Smith est le seul Virginien de cette époque à siéger à l'Assemblée générale de l'État, en tant que gouverneur, au Congrès américain et en tant que général confédéré. Célèbre dès le début de sa vie d'adulte pour les frais « supplémentaires » qu'il imposait au gouvernement fédéral pour ses courses de courrier et de diligence, Smith était également un homme politique accompli, courtisant parfois les Whigs, se qualifiant parfois de démocrate, puis de Free-Soiler, mais toujours farouchement indépendant et opiniâtre. Smith n'a jamais rencontré une campagne électorale qu'il n'aimait pas (bien qu'il en ait perdu quelques-uns, y compris pour le Sénat américain). Pendant la guerre, Smith, à 65 ans en 1863, était le plus vieux général rebelle sur le terrain. Après avoir pris une décision controversée à Gettysburg qui a détourné une attention précieuse vers un mouvement fantôme de l'Union le 1er juillet, il est rentré chez lui pour devenir gouverneur de Virginie en temps de guerre, ayant déjà servi en temps de paix.

Un examen objectif montre que Smith n'était pas inefficace en tant que leader des hommes sur le terrain. Mingus décrit Smith comme un général de la même manière qu'il le décrit comme un homme politique et un homme d'affaires, exposant ce que les contemporains ont dit et laissant les lecteurs décider par eux-mêmes. Ceci est particulièrement important parce que le seul traitement précédent de Smith dans un livre a été écrit par son beau-frère, John W. Bell, qui a écrit Mémoires du gouverneur William Smith de Virginie en 1889 après la mort de Smith en 1887. Le récit de Bell porte toutes les marques d'une biographie sympathique. La dépendance occasionnelle excessive de Mingus à son égard est compréhensible étant donné la pénurie d'autres travaux sur le sujet. Mais Mingus doit travailler dur pour maintenir une objectivité que de nombreux auteurs qu'il cite ont ouvertement évité que la barre des bourses soit nécessairement élevée après le récit de Bell.

L'attrait écrasant du livre est la personnalité de Smith, qui imprègne chaque page. C'est peut-être le triomphe ultime du biographe, lorsque le sujet éclipse le conteur et que l'histoire prend vie. Il est difficile d'échapper au charme magnétique, à la vim et au sens du spectacle d'Extra Billy, même 126 ans plus tard.

Publié à l'origine dans le numéro de janvier 2014 de La guerre civile américaine. Pour vous abonner, cliquez ici.


Comté d'Halifax, Virginie

Le parc d'État de Staunton River Battlefield préserve les terres autour du site de la bataille du pont de la rivière Staunton, qui a eu lieu en juin 1864 lorsque deux régiments fédéraux de calvaires ont tenté de détruire le pont pour tenter de couper le chemin de fer de Richmond et de Danville. Un petit régiment confédéré et 600 habitants ont riposté, repoussant finalement les fédéraux. Selon James « Bud » Robertson « Sites de guerre civile en Virginie », « Un tréteau en métal moderne se trouve maintenant sur le site, mais des vestiges de travaux de terrassement existent le long du bord de la rivière. Sur la pelouse du Legion Hall au centre-ville de South Boston se trouve le canon de l'un des canons confédérés utilisé lors de l'engagement.


CSA a été créé dans les années 60 mouvementées. Les nombreuses organisations professionnelles qui représentaient les superviseurs et les administrateurs ont formé le Council of Supervisory Associations en 1962 pour lutter pour les droits de négociation collective avec le NYC Board of Education de l'époque. CSA a célébré son 50e anniversaire en 2012 avec un certain nombre d'événements qui ont culminé avec un dîner de gala/danse au Waldorf-Astoria à New York.

En 1968, CSA est devenu un syndicat et a changé son nom pour le Conseil des superviseurs et des administrateurs. En 1971, la CSA a obtenu une charte de l'AFL-CIO pour organiser les superviseurs d'école dans le NYS et au niveau national, elle est devenue la section locale 1 du Comité d'organisation des administrateurs et des superviseurs scolaires (SASOC). En 1976, SASOC a tenu sa première convention à New York et est devenue la Fédération américaine des administrateurs scolaires (AFSA). L'AFSA tient sa convention tous les trois ans. La Fédération des administrateurs scolaires de la NYS (NYSFSA) a également été créée en 1976.

Aujourd'hui, l'ASC compte 6 100 membres en service. Ils sont directeurs, directeurs adjoints et administrateurs de l'éducation dans les 1800 écoles publiques et bureaux centraux de la ville de New York et 200 directeurs et directeurs adjoints dans les centres d'éducation de la petite enfance financés par la ville. Plus de 10 000 retraités et leurs conjoints se sont joints à notre chapitre des retraités de l'ASC.

POUR UNE CHRONOLOGIE DE L'HISTOIRE DE LA CSA, VEUILLEZ CLIQUER ICI .


Dossiers régimentaires confédérés du Tennessee

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennessees dans la guerre civile : Une histoire militaire des unités confédérées et de l'Union avec des listes de personnel disponibles. 1964.

HowaldBatterie

Howald, Juste. A. Lettre de Just. A. Howard à M. Cartwright. 18 septembre 1862.

La batterie de Scott

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et de l'Union avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Poisson, Calvin. In Memoriam : Calvin Fish. 1922.

La batterie de White

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et de l'Union avec des listes de personnel disponibles. 1964.

La batterie de Wright

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Première ordonnance sur l'artillerie lourde

Thompson, Ed J. Ordonnance records pour l'unité. Partie 1

Thompson, Ed J. Ordonnance records pour l'unité. Partie 2

Première cavalerie

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Watkins, Drucilla Lyttle. Souvenirs de Drucilla Lyttle Watkins.

Deuxième cavalerie

Bowers, John R. L. C. Vaughn W. T. Murray Charles Coffin et James P. Coffin. Société "F". Sd.

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Deaderick, David Anderson. Registre des événements et des faits enregistrés annuellement. ND.

Quatrième cavalerie de Hamilton

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennessees dans la guerre civile : Une histoire militaire des unités confédérées et de l'Union avec des listes de personnel disponibles. 1964.
Hamilton, le bataillon d'Oliver P. Co. F. Oliver P. Hamilton. ND.

Chattanooga Daily Rebel. Confédéré - Tenn - 4e Calvaire - Oakley. 13 mai 1863.

Marcheur, Ouest. Lettres de West Walker à Nancy Walker, 1862.

Troisième cavalerie
Davis, George C. Les papiers de pension de George C. Davis, des photos de George et de son frère Jim et la déclaration de pension de veuve.

Huitième cavalerie de Baxter-Smith (généralement appelé quatrième régiment de ca valry TN)

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennessees dans la guerre civile : Une histoire militaire des unités confédérées et de l'Union avec des listes de personnel disponibles. 1964.
Claghorn, Wyatt. gouvernement confédéré. Dossiers militaires de Wyatt Claghorn. 186 ?-1908.

Gailbreath, Joseph D. Lettres de Joseph D. Gailbreath. 9 janvier 1863-12 janvier 1863.

Gailbreath, R.J.C. Lettre à sa femme. 1er décembre 1862.

Gailbreath, R. J. C. Photographie du capitaine Robert James Campbell Gailbreath. ND.
Ryan, Virge Foster. Notice biographique de George Washington Foster, huitième cavalerie du Tennessee, C.S.A.

Neuvième cavalerie

Bataille, colonel Joel A. Histoire du vingtième régiment du Tennessee : Notices biographiques. Le colonel Joel A. Bataille. Sd.
Bataille, Robert I. Journal confédéré de Robert I. Bataille. 18 juin 1864-4 janvier 1865.
Ridley, Bromfield L. "Portraits de conflit : Tennessee" Militaire de Bromfield & George C. Ridley.

XIXe de cavalerie

Graves, Thomas L. Muster Roll et certificat d'invalidité pour les soldats invalides à la retraite de Thomas L. Graves. juillet 1862.

Vingt et unième cavalieroui

Jordan, D. L. Les dossiers militaires et la photographie du Dr D. L. Jordan. 1864
Walter, John F. Twenty-First (Carter's) Tennessee Cavalry. Décembre 1978. Révisé en mars 1996.

La cavalerie de Murray

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennessees dans la guerre civile : Une histoire militaire des unités confédérées et de l'Union avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Gailbreath, R.J.C. Lettre de R.J.C. Gailbreath daté du 1er décembre 1862.

Scott, colonel Robert N. La guerre de la rébellion : une compilation des documents officiels de l'Union et des armées confédérées, 1887.

Bataillon de cavalerie de Davis

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennessees dans la guerre civile : Une histoire militaire des unités confédérées et de l'Union avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés, 1987.

Scott, colonel Robert N. La guerre de la rébellion : une compilation des documents officiels de l'Union et des armées confédérées, 1887.

Cavalerie du bataillon de Douglass

Brown, éditeur de Campbell H.. Les souvenirs du sergent Newton Cannon. 1963.

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennessees dans la guerre civile : Une histoire militaire des unités confédérées et de l'Union avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés, 1987.

Scott, colonel Robert N. La guerre de la rébellion : une compilation des documents officiels de l'Union et des armées confédérées, 1887.

Bataillon de cavalerie de Holman

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés, 1987.

Scott, colonel Robert N. La guerre de la rébellion : une compilation des documents officiels de l'Union et des armées confédérées, 1887.

Les tireurs d'élite d'Allin

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés, 1987.

Scott, colonel Robert N. La guerre de la rébellion : une compilation des documents officiels de l'Union et des armées confédérées, 1887.

Les tireurs d'élite de Maney

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés, 1987.

Première infanterie

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés, 1987.

Dement, Melinda. Photo : Les vétérans de la guerre civile célèbrent. The Daily News Journal, Murfreesboro, TN, 14 mars 1995.

Hall, Richard. Patriotes déguisés : femmes guerrières de la guerre civile. Sd.

Pittard, Mabel. Les fusils Rutherford. Société historique du comté de Rutherford, publication n° 31, été 1988.

Scott, colonel Robert N. La guerre de la rébellion : une compilation des documents officiels de l'Union et des armées confédérées, 1887.

Seay, Samuel. Un privé à Stone River. juin-mai 1885-86.

Gouvernement des États-Unis. Serment de renonciation et d'allégeance de Robert Dickinson. 12 février 1863.

Deuxième infanterie

Cimetière restauré. Les Nouvelles de la guerre civile, Vol. XVIV n° 1, janvier/février 1993, page 31.

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennessees dans la guerre civile : Une histoire militaire des unités confédérées et de l'Union avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés, 1987.

Scott, colonel Robert N. La guerre de la rébellion : une compilation des documents officiels de l'Union et des armées confédérées, 1887.

Yeatman, Guillaume. Ma vie militaire était uniquement avec le Second Confederate Tennessee Infantry Regiment. Sd.

Troisième infanterie

Arnett, Larry. Journal de Davenport. Mars 1966 - avril 1966.

Quatrième infanterie (McMurray's)

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. P.A. (McMurray) CSA. 1964.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés, 1987.

Duncan, Zadock D. État du Tennessee - Gouvernement confédéré. Dossiers militaires de Zadock D. Duncan. P.A. (McMurray) CSA. 11902.

Scott, colonel Robert N. La guerre de la rébellion : une compilation des documents officiels de l'Union et des armées confédérées, 1887.

Quatrième Infanterie (Strahl's)

Chattanooga Daily Rebel. Un incident de guerre intéressant, Sgt. Oakley, 13 mai 1863.

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés, 1987.

Duncan, dossier militaire de Zadock D. et lettre de Zadock D. Duncan, 22 juillet 1902.

Owen, Dr Urban Grammer. Lettres à Laura : Impressions d'un chirurgien confédéré de quatre ans de guerre. Nashville : Uunstede Press, 1996.

Scott, colonel Robert N. La guerre de la rébellion : une compilation des documents officiels de l'Union et des armées confédérées, 1887.

Ward, Edouard. Une lettre de l'officier confédéré Edward Ward au Tennessee à sa sœur. 12 janvier 1863

Cinquième Infanterie

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennessees dans la guerre civile : Une histoire militaire des unités confédérées et de l'Union avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés, 1987.

Scott, colonel Robert N. La guerre de la rébellion : une compilation du dossier officiel de l'Union et de l'armée confédérée, 1887.

Sixième infanterie

Brown, Robert Fulton. Photographie de Robert Fulton Brown.

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés, 1987.
Robinson, Jean. Histoire militaire confédérée de John Robinson du 6th Tennessee Infantry.

Scott, colonel Robert N. La guerre de la rébellion : une compilation des documents officiels de l'Union et des armées confédérées, 1887.

Huitième Infanterie

Bearden, Napoléon Monroe. Histoire du retour de l'épée du capitaine Bearden avec des photos du capitaine Bearden et de son épée. Contient également des informations du journal de son père.

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennessees dans la guerre civile : Une histoire militaire des unités confédérées et de l'Union avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés, 1987.

Epps, John Norris. Entretien. 1922.

Drapeau. Photo du drapeau de la 8e compagnie d'infanterie.

Gailbreath, R. J. C. Lettres de R. J. C. Gailbreath à sa famille. 20 mai 1861-12 janvier 1863.

Horde, Thomas. Lettre de Thomas Hord à M. Stratton concernant la mort et l'enterrement du capitaine R. J. C. Gailbreath. 12 janvier 1863

Jones, Shirley Farris. Capitaine William Scantland Sadler, CSA : Le plus courageux des braves. inconnu.

Murphy, A. J. Lettre écrite par A J Murphy à sa mère. 4 janvier 1863. Egalement lettre écrite en 1993 à propos de la lettre de 1863. 27 septembre 1993

Quarles, capitaine John Simpson. Mémoires du capitaine John S. Quarles. 8 janvier 1915.

Sadler, William Scantland Capt. Les comptes de la guerre civile du capitaine William S. Sadler.

Scott, colonel Robert N. La guerre de la rébellion : une compilation des documents officiels de l'Union et des armées confédérées, 1887.

État du Tennessee - Gouvernement confédéré. Dossiers de pension de John G. Troop. 1901.

Souleles, Lee Ann. Le capitaine William Scantland Sadler. 2004.

Neuvième infanterie

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés, 1987.

États confédérés d'Amérique. Archives militaires de R.C. Howell, Neuvième Infanterie du Tennessee (Comprend une photographie de la pierre tombale). 1862-1863

Jackson, Richard D. 9th Tennessee Infantry à la bataille de Stones River. 2009

Scott, colonel Robert N. La guerre de la rébellion : une compilation des documents officiels de l'Union et des armées confédérées, 1887.

Onzième infanterie

Cathey, éditrice et compilatrice Todd. Liste des tués, blessés et disparus de la onzième infanterie du Tennessee à la bataille de Murfreesboro le 31 décembre 1862. 1999.

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Coble, Jesse. Lettre de Jesse Coble à Adam Coble, 26 août 1861. TN5-06, Corpus of American Civil War Letters, Tennessee State Library and Archives, Nashville, TN, 2008.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés, 1987.

Gamble, Mary B. Confederate Pension Record pour W. H. McCauley. 1934.

Hall, Richard. Patriotes déguisés : femmes guerrières de la guerre civile. ND.

McCauley, capitaine. La gentillesse du général Jeff. C. Davis. avril 1902.

Pluies, brigadier. Le général James Edward. Information et portrait du général James Edward Rains, N.D.

Scott, colonel Robert N. La guerre de la rébellion : une compilation des documents officiels de l'Union et des armées confédérées, 1887.

État du Tennessee - Gouvernement confédéré. Dossiers militaires de William C. Crunk. 1861-1863.

État du Tennessee - Gouvernement confédéré. Dossiers de pension d'E. T.Équitation. 1899.

État du Tennessee - Gouvernement confédéré. Questionnaire rempli par W. I. White. 1922.

État du Tennessee - Gouvernement confédéré. Transcription dactylographiée des dossiers militaires de William Castleberry Crunk. 1861-1863.

Inconnu. Nécrologie de E. T. Ridings. 14 avril 1900.

Gamble, Mary B. Confederate Pension Record pour W. H. McCauley. 1934.

Inconnu. Brèves informations biographiques sur James Edward Rains et une photographie. Inconnu.

Douzième Infanterie

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés, 1987.

Ford, Thomas R. Lettres de Thomas R. Ford. 28 décembre 1920-6 janvier 1921.

M'Cherman. Confédéré - Tenn - 12e d'infanterie - M'Dearman. 1901.

Scott, colonel Robert N. La guerre de la rébellion : une compilation des documents officiels de l'Union et des armées confédérées, 1887.

Treizième Infanterie

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés, 1987.

Radford, John. Confédéré - Tenn - 13e d'infanterie - John Radford.

Rogers, William J. William J. Rogers' Memorandum Book. sd.

Scott, colonel Robert N. La guerre de la rébellion : une compilation des documents officiels de l'Union et des armées confédérées, 1887.

Inconnu. Capture de quatre napoléons fédéraux, 31 décembre 1862. ND.

Vaughn, A. J. Dossier personnel du treizième régiment, Tennessee Infantry. 1897.

Ouest, James Durham. Le treizième régiment du Tennessee - États confédérés d'Amérique. ND.

Seizième d'infanterie

Boyd, Nellie P. Hear the Wax Fry : Memoirs of James R. Thompson 1861-1865.

Brogden, John V. Annotated Roster, 16th Tennessee Infantry Regiment, C. S. A. "The First Mountain Regiment". 1997. Partie 1.

Brogden, John V. Annotated Roster, 16th Tennessee Infantry Regiment, C. S. A. "The First Mountain Regiment". 1997. Partie 2.

Chattanooga Daily Rebel. Confédéré - Tenn - 16e d'infanterie - Colonel Savage. 7 février 1863.

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Clark, Carrol H. Le journal de guerre de mon grand-père. 1963. Partie 1.

Clark, Carrol H. Le journal de guerre de mon grand-père. 1963. Partie 2.

Cookeville, Tennessee Journal. "B. L. Scarlett, 91 ans, le dernier soldat survivant de Co "F" 16th Tennessee Confederate Regiment est décédé le 20 janvier (1935)." 1935.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés, 1987.

Etter, George Henry. Photographie du Sgt. George Henry Etter III avec histoire familiale.

Etter, Risenar. Journal de Risenar Etter. 16 septembre 1861-27 décembre 1864.

Fisher, Thomas H. Stones River Story déclenche de forts souvenirs d'enfance. 1er février 1992.

Hooper, Thomas R. Journal du soldat Thomas R. Hooper, Co. A, 16e Tennessee. 13 mai 1962 - 28 décembre 1862.

Savage, John H. La vie de John H. Savage, citoyen, soldat, avocat, membre du Congrès. 1903. Partie 1.

Savage, John H. La vie de John H. Savage, citoyen, soldat, avocat, membre du Congrès. 1903. Partie 2.

Savage, John H. La vie de John H. Savage, citoyen, soldat, avocat, membre du Congrès. 1903. Partie 3.

Thompson, Larry G. éd. 16e Régiment d'Infanterie du Tennessee, CSA.

Inconnu. Cahier d'Oliver P. Tucker. 1977.

Womack, James J. Journal du capitaine James J. Womack. 16 mai 1861-31 décembre 1863. Partie 1.

Womack, James J. Journal du capitaine James J. Womack. 16 mai 1861-31 décembre 1863. Partie 2.

Inconnu. Photo d'anciens combattants du Tennessee 16th Infantry à Seven Spring Summer Resort.

XVIIe d'infanterie

Chattanooga Daily Rebel. 27 janvier 1862.

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés, 1987.

Hasty, William M. Photos de W. M. Hasty et de sa famille. ND.

Histoire et liste de la dix-septième infanterie du Tennessee, compagnie B, hommes du comté de Bedford, TN, 2004.

Kimsey, Henry M. Résumé du service, déclaration médicale et note de H.M. Kimsey, 1905.

McDonald, G. W. Listes et autographes de la prison de Rock Island recueillis par le capitaine G.W. McDonald, 1863-1865.

McDonald, G. W. Listes et autographes de la prison de Rock Island recueillis par le capitaine G.W. McDonald, 1863-1865. Partie 2

McDonald, G. W. Listes et autographes de la prison de Rock Island recueillis par le capitaine G.W. McDonald, 1863-1865. Partie 3

McDonald, G. W. Listes et autographes de la prison de Rock Island recueillis par le capitaine G.W. McDonald, 1863-1865. Partie 4

McDonald, G. W. Listes et autographes de la prison de Rock Island recueillis par le capitaine G.W. McDonald, 1863-1865. Partie 5

McDonald, G. W. Listes et autographes de la prison de Rock Island recueillis par le capitaine G.W. McDonald, 1863-1865. Partie 6

Phillips, Judy Henley. Photographies de William Matthew Hasty et de l'histoire de la 17e Tennessee Infantry Co. B. 17/01/1997.

Roy, W.J. Poésie de W.J. Roy. ND.

Roy, W.J. Poésie de W.J. Roy. ND. Partie 2

Scott, colonel Robert N. La guerre de la rébellion : une compilation des documents officiels de l'Union et des armées confédérées, 1887.

Tipps, Dudley. Dossiers de pension de Dudley Tipps, 1904.

XVIIIe d'infanterie

Majordome, William Ruben. Biographie de William Butler. 1834-1883.

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Vétéran confédéré. N° 7, juillet 1926.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés, 1987

Lowe, George Kellin. Photo de George Lowe, Dakota du Nord.

McKay, W.M. Manuscrit de W.M. McKay. ND.

McKay, W.M. Lettre de W.M. McKay, Dakota du Nord.

McKay, William L. Caporal. Le récit du corps William L. McKay sur la bataille de Stones River. 2 janvier 1863

Ravan, Fannie Maud. Lettre de Fannie M. Ravan, 21 septembre 1970.

Woodfin, T.S. Dossiers militaires de T.S. Woodfin, 1862-1864.

Rodgers, Willaim D. Lettre de Willam D. Rodgers à son père et à sa mère, 17 avril 1863.

Scott, colonel Robert N. La guerre de la rébellion : une compilation des documents officiels de l'Union et des armées confédérées, 1887.

Southern Pittsburg Hustler, 18 janvier 1917.

Southern Pittsburg Hustler, 7 juin 1934.

Tennessee Historical Quarterly. Printemps 1981.

Hardaway, James. Photo des porte-drapeaux du 18e d'infanterie. L - R Dr Nat Gooch, Logue Nelson et William McKay. 1911

XIXème d'Infanterieoui

La poste d'Athènes (TN). 16 janvier 1863.

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Gouvernement confédéré. Dossiers militaires de Thomas L. Graves, 1861-1862.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés, 1987.

Guinn, Barbara Swan. Histoires familiales : Famille Swan de la station Cambell, ND.

Scott, colonel Robert N. La guerre de la rébellion : une compilation des documents officiels de l'Union et des armées confédérées, 1887.

État du Tennessee - Gouvernement confédéré. Dossiers militaires de Samuel Foster. 1862-1863.

Inconnu. 19th Tenn. A. P. Stewart's Brigade. Sd.

Guinn, Barabara Swan. Famille Swan de la gare Campbell.

Vingtième Infanterie

Alderson, éditeur de William T.. Le journal de guerre civile du capitaine James Litton Cooper, du 30 septembre 1861 à janvier 1865. 1956.

Battle, Joel A. Histoire militaire du colonel Joel A. Battle

Carter, Rosalie. Capitaine Tod Carter - Armée des États confédérés : un portrait biographique. 1978.

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés, 1987.
Davidson, Dallas. Photographie de PFC. Dallas Davidson avec des lettres écrites à sa mère de sa part et une de ses camarades soldats au sujet de sa mort en juillet 1861 au Camp Trousdale de la rougeole. 28 juillet 1861

Hager, Henri. Photographie de Henry Hager, Co. I, Twentieth Tennessee Infantry, ND.

Scott, colonel Robert N. La guerre de la rébellion : une compilation des documents officiels de l'Union et des armées confédérées, 1887.

Vingt-troisième infanterie
Barnwell, Robert W. Article de l'ancien combattant confédéré, "La bataille singulière de Murgreesboro". 1930

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: A Military History of Confederate and Union Units with Available Rists of Personnel, 1964.
Lune. G.B. Unionville, Tennessee. "L'expérience d'un garçon en voyant une bataille".

Ridley, capitaine James Allison. Photos du capitaine James Allison Ridley du 23e Tennessee Infantry et du capitaine Charles Oscar Thomas du 9e Michigan Infantry, qui ont combattu dans les batailles de Murfreesboro le 13 juillet 1862 (pas la bataille de Stones River.
Scott, colonel Robert N. La guerre de la rébellion : une compilation des documents officiels de l'Union et des armées confédérées, 1887.
Stallings, Daniel S. Liste des accidents du journal de poche du 1er lieutenant Daniel S. Stallings.

Wilson, Hershel Bell. Photo de Hershel Bell Wilson du 23rd Tennessee Infantry et de son frère le capitaine Samuel Barnett Wilson du 45th Tennessee Infantry.

Wray, James H. Lettre de James H. Wray. ND.

Wray, James H. Lettre à sa mère, Eliza Wray. 1862.

Vingt-quatrième d'infanterie

Anderson, Andrew J. Civil War Soldiers of Coffee County, une histoire du service militaire du caporal Andrew J. Anderson.
Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.
Frost, Ray. Holton, John R. photographies.
Or, Jean Éphraïm. Les mémoires de John Ephraim Gold écrites "For the Children".

Hogan, Henri Daniel. Le révérend Henry Daniel Polk Hogan (1840-1930) et Clara (Dill) Hogan (1853-1906). Sd.
Inconnu. Rassemblement : Compagnie A, 24th Tenn. Reg't, armée confédérée. ND.

Vingt-cinquième d'infanterie

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés, 1987.

Scott, colonel Robert N. La guerre de la rébellion : une compilation des documents officiels de l'Union et des armées confédérées, 1887.

Ledbetter, Benjamin Laken C. Photo du Corp. Benjamin Laken C. Ledbetter avec le 25th Tennessee Infantry, Company H. Les blessés sont à Stones River le 31 décembre 1862 et sont décédés le 10 janvier 1863.

Vingt-sixième infanterie
Allen, Edwin Capt. Page du magazine "Confederate Veteran" mentionnant le capitaine Allen et inscription sur les pièces d'artillerie.
Poste d'Athènes. Article de journal - Le Hardshell 26th Tennessee Regiment. 27 février 1863.

Bolton, J. P. Lettre de J. P. Bolton au colonel H. M. McMahan. 14 août 1888.

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés, 1987.

Maîtres, Daniel A. Une tempête dans les cèdres : la brigade du colonel John F. Miller à la bataille de Stones River. 29 mars 2005.

Paine, Lieutenant H. Lettre du lieutenant H. Paine. 10 janvier 1863.

Scott, colonel Robert N. La guerre de la rébellion : une compilation des documents officiels de l'Union et des armées confédérées, 1887.

État du Tennessee - Gouvernement confédéré. Dossiers militaires de Calton Coffey. Sd.

Waller, W. N. Un journal des difficultés de W. N. Waller dans l'usure. Sd.

Vingt-septième fantassinoui

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Vingt-huitième d'infanterie

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Mayberry, Robert. Lettre à Marie. 19 mai 1863.

Trentième Infanterie

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Sanders, L. Jackson. Journal de L. Jackson Sanders, 30th Tennessee Infantry, RobertsonCounty. 1er janvier 1863 - .

Trente et unième fantassins

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Gay, A. T. Capt confédéré - Tenn - 31e d'infanterie - Gay. 14/03/1863.

Inconnu. Larry B. Ivy - Jours dans la Confédération. septembre 1996.

État du Tennessee. Dossier de service et photographie : Henry Clay Bruce. vers 1905.

Nowlin, Georges. Lettre de l'hôpital de Murfreesboro, 4 janvier 1863 et dossier militaire avec photographie de M. & Mme George Nowlin.

Nowlin, George W. Compte rendu d'une lettre donnée par la famille Nowlin, écrite par George W. Nowlin à UT Martin. 15 novembre 2015.

Trente-deuxième infanterie

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Trente-troisième infanterie

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés, 1987.

Scott, colonel Robert N. La guerre de la rébellion : une compilation des documents officiels de l'Union et des armées confédérées, 1887.

Blanton, Thomas. Liste des descendants de Thomas Blanton avec histoire militaire. Partie 1

Blanton, Thomas. Liste des descendants de Thomas Blanton avec histoire militaire. Partie 2

Trente-quatrième d'infanterie

Zadock, Duncan. Photo de M. & Mme Zadock, lettre à l'État du Tennessee concernant son statut de prisonnier de guerre, ses dossiers de pension et son rôle.

Trente-septième infanterie

Chattanooga Daily Rebel. Confédéré - Tenn - 37e & 38e d'infanterie - Victimes à Murfreesboro. 31/01/1863.

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Garrett, Jill K. et Irlandais H. McClain. Comté partiel de Rutherford, registres du cimetière du Tennessee. Sd.

Mitchell, James William Carroll. Confédéré - Tenn. - 37e d'infanterie - JWC Mitchell.

Spence, John C. Les Annales du comté de Rutherford. 1991.

Pierre, noble. Lettre de Noble Stone à son père, février 1862. Février 1862.

Trente-huitième d'infanterie

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés, 1987.

Record officiel Guerre de la rébellion 38e d'infanterie. 1887 Partie 1

Record officiel Guerre de la rébellion 38e d'infanterie. 1887 Partie 2

Quarante et unième Infanterie

Rassemblement pour 41e d'infanterie, compagnie A, capitaine A. S. Boon.

Quarante-quatrième d'infanterie

Boyd, Abraham B. L'histoire de la famille d'Abraham B. Boyd Co. K et Henry Jackson Boyd Co. C du 44th Infantry.

Dossier de libération conditionnelle pour T.D. Elizer. 10/04/201865.

Henderson, Deborah Kelley. "C'est un beau pays" Une histoire de la gare de Mansker - région de Goodlettsville.

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Armée des États confédérés. Dossiers militaires de Pvt. Joshua S. Lee. Partie 1

Armée des États confédérés. Dossiers militaires de Pvt. Joshua S. Lee. Partie 2

État du Tennessee - Gouvernement confédéré. Dossiers militaires d'Andrew J. Call. 1862.

Record officiel Guerre de la rébellion 38e d'infanterie. 1887 Partie 1

Record officiel Guerre de la rébellion 38e d'infanterie. 1887 Partie 2

Wiefering, Edna. "Les veuves confédérées du Tennessee". Résumés des demandes de pension des veuves confédérées.

Inconnu. Musée d'État du Tennessee. Photographie d'Henry Clayton Ewin.

Lune, Richard Allen. Les rouleaux de rassemblement pour Pvt, Richard Allen Moon. 1862

Quarante-cinquième Infanterie

Bois, Alice Calmes Dorroh. Lettres du lieutenant-colonel Alexander J. Hall : 1861-1865

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés. Tennessee - 45e d'infanterie. 1987

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Record officiel Guerre de la rébellion 45e d'infanterie. 1887

Bibliothèque et archives de l'État du Tennessee. Clark, William G. Lettres de William Clark à Emily Clark et à son frère James A. Clark. Lettre de Moses Woodfin à Emily Clark. 1861-1864.

Quarante-septième infanterie

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés. Tennessee - 47e d'infanterie. 1987

Département de la guerre des États-Unis. Record officiel Guerre de la rébellion. 47e d'infanterie du Tennessee. 1887

Inconnu. Le capitaine W. H. Todd demande une pension au tribunal du Texas.

Cinquante et unième Infanterie

Busenbark, Scott R. 1403 E. Main Crawfordsville, EN 47933. Confédéré - Tenn - 51st Infantry - Lee, W D dossiers militaires.

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Record officiel Guerre de la Rébellion 51e Infanterie. 1887 Partie 1

Record officiel Guerre de la Rébellion 51e Infanterie. 1887 Partie 2

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés. Tennessee - 51e d'infanterie. 1987

Université du Tennessee, bibliothèque Hoskins. Corpus des lettres de la guerre de Sécession, Joseph Freeman.

Cinquante-cinquième d'infanterie

Barnes, Jim. Autobiographie d'un ancien soldat confédéré. Sd.

Quatre-vingt-quatrième d'infanterie

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

King, Joey B. Edmund Stamps, Sr. contre les États confédérés d'Amérique. 2007.

King, Joey B. Edmund Stamps, Sr. contre les États confédérés d'Amérique. 2007. Partie 2

Record officiel Guerre de la rébellion 84e d'infanterie. 1887

Record officiel Guerre de la rébellion 84e d'infanterie. 1887 Partie 2

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés. Tennessee - 84e d'infanterie. 1987

Cent cinquante-quatrième Infanterie

Commission du centenaire de la guerre civile. Tennesseans in the Civil War: Une histoire militaire des unités confédérées et syndicales avec des listes de personnel disponibles. 1964.

Crute, Joseph H. Unités de l'armée des États confédérés. Tennessee - 154e d'infanterie. 1987

Dyer, W. H. Journal de W.H. Dyer. 3 février 1863-31 décembre 1863.

Dyer, W. H. Journal de W. H. Dyer. 3 février 1863-31 décembre 1863. Partie 2

Dyer, W. H. Journal de W. H. Dyer. 3 février 1863-31 décembre 1863. Partie 3

Dyer, W. H. Journal de W. H. Dyer. 3 février 1863-31 décembre 1863. Partie 4

Dyer, W. H. Journal de W. H. Dyer. 3 février 1863-31 décembre 1863. Partie 5

Record officiel Guerre de la rébellion 154e d'infanterie. 1887

Record officiel Guerre de la rébellion 154e d'infanterie. 1887 Partie 2

État du Tennessee - Gouvernement confédéré. Dossier militaire de H. E. Degraffenreld. 1863.


Le scout de l'ASC Dewitt Jobe est décédé d'une mort horrible

La plupart des écoliers du comté de Rutherford ont au moins été exposés à l'histoire de Sam Davis, "le garçon héros de la Confédération".

Davis était membre des Coleman's Scouts, une unité qui travaillait derrière les lignes de l'Union pour collecter et fournir des informations et perturber les opérations de l'Union dans le Middle Tennessee.

Davis a été appréhendé et exécuté après avoir refusé de divulguer la source des informations qu'il portait. Ses derniers mots résonnent encore :

"Si j'avais mille vies à vivre, je les donnerais toutes, plutôt que de trahir un ami ou mon pays."

Moins glamour est l'histoire d'un autre Coleman Scout, Dewitt Smith Jobe et de ses deux cousins, Dee Smith et Thomas Benton Smith.

Ces cousins ​​étaient originaires de la communauté de Mechanicsville située entre la zone commerciale désormais florissante de Sam Ridley Parkway et Almaville. Chacun a rejoint l'armée du Tennessee. Dewitt S. Jobe était un éclaireur.

Son père, Elihu C. Jobe, était ébéniste et agriculteur à Mechanicsville. Il était également connu pour ses cercueils. Dee Smith était avec le 45th Tennessee. Thomas Benton Smith était un « garçon » général du 20e Tennessee.

Chacun a connu une fin tragique – horrible – aux mains des troupes fédérales.

DeWitt Smith Jobe s'est enrôlé en 1861 et est devenu membre de la compagnie B du 20th Tennessee Regiment commandé par le colonel Joel Battle et son cousin Thomas B. Smith.

Il a été blessé et capturé à la bataille de Fishing Creek et a combattu à Stones River. Jobe a été choisi comme éclaireur à peu près au moment où le major-général Braxton Bragg a commencé sa retraite hors du Tennessee moyen et en Géorgie.

En tant qu'éclaireur, Jobe a échappé au marasme de la vie militaire routinière, mais son nouveau rôle au sein de l'armée du Tennessee était bien plus dangereux. De nombreux membres des scouts de Coleman ont été abattus, tués ou emprisonnés.

Et chacun des scouts était au courant de la fin de Sam Davis sur la potence de l'Union près de Pulaski, Tenn.

En août 1864, Jobe et son collègue éclaireur Tom Joplin étaient loin derrière les lignes de l'Union et effectuaient une reconnaissance près de College Grove, Triune et Nolensville.

Le lundi 29 août, Jobe se cachait dans un champ de maïs après avoir pris son petit-déjeuner chez une famille entre Triune et Nolensville. Il avait un message important caché sur sa personne. Avec des patrouilles yankees dans la région, le confédéré se cachait pendant la journée et voyageait la nuit.

Malheureusement, il est repéré par une patrouille de 15 hommes du 115th Ohio Regiment de l'Union Army of the Cumberland.

Voyant qu'il était sur le point d'être capturé, Jobe a déchiré la note et a commencé à la mâcher et à l'avaler.

Irritée par le quasi-accident, la patrouille de l'Union a d'abord menacé Jobe, puis a commencé à le torturer dans le but d'amener l'éclaireur à divulguer le contenu de la dépêche.

Les troupes de l'Ohio ont d'abord pendu Jobe à une rêne de bride, puis l'ont fouetté au pistolet, lui cassant certaines de ses dents.

« Lié et désarmé, impuissant et saignant, Jobe n'a rien révélé. Ils avaient affaire à un homme en gris qui tenait le bien-être de la Confédération au-dessus de sa vie », a écrit Ed Huddleston dans « The Civil War in Middle Tennessee.

« La torture a continué. Les Yankees criaient maintenant, criant si fort qu'on pouvait les entendre dans une ferme éloignée.

« Ils ont crevé les yeux de Jobe. C'est peut-être à ce moment-là que Jobe leur a entassé des épithètes. Combien de courage leur a-t-il fallu pour faire ce qu'ils ont fait alors ? Ils ont coupé la langue de Jobe », a écrit Huddleston.

La patrouille de l'Union acheva Jobe en le traînant à mort derrière son propre cheval au galop.

L'événement n'est pas mentionné dans les documents officiels de l'Union et des armées confédérées, mais a été conservé dans l'histoire orale de la famille Jobe et dans des lettres et des livres comme « Batailles et croquis de l'armée du Tennessee » de Bromfield Ridley.

L'ancienne historienne du comté de Rutherford, Mabel Pittard, a effectué le travail le plus exhaustif sur les scouts de Coleman.

Un marqueur historique du Tennessee entre Nolensville et Triune commémore la mort de Jobe :

« DeWitt Smith Jobe, membre des Coleman’s Scouts, CSA, a été capturé dans un champ de maïs à environ 1 1/2 miles à l'ouest, le 29 août 1864, par une patrouille du 115th Ohio Cavalry. Avalant ses dépêches, il fut mutilé et torturé pour lui en faire révéler le contenu. Refusant, il est traîné à mort derrière un cheval au galop. Il est enterré dans le cimetière familial à six milles au nord-est.

À l'époque, la nouvelle de sa torture s'est répandue rapidement.

Cela a poussé son cousin, Dee Smith, à prendre sa propre vengeance sanglante.

Smith était avec le 45th Tennessee, commandé par le colonel Anderson Searcy de Murfreesboro, lorsqu'il apprit le meurtre de son cousin.

Selon les termes du jour, Smith a quitté son régiment près de Chattanooga et est retourné au Middle Tennessee et a hissé le «drapeau noir». Il ne ferait pas de quartier et jura de tuer tout Yankee qui croiserait son chemin.

Smith était un tueur discret qui faisait son travail avec un couteau de boucher.

Il a été dit qu'il a utilisé ce couteau pour trancher la gorge de 14 soldats de l'Union alors qu'ils dormaient dans leurs tentes près de Tullahoma.

La guerre personnelle de Dee Smith s'est poursuivie pendant près de deux mois au cours desquels il a tué jusqu'à 50 Yankees avant d'être capturé.

«Enfin, ils l'ont encerclé près de Nolensville, Tennessee, et l'ont abattu. Ensuite, ils l'ont amené à vingt milles de Nolensville à Murfreesboro », a écrit Ridley dans ses « Battles and Sketches ».

« Bien que dans une douleur atroce lorsque les médecins ont sondé ses blessures, il a dit qu'il mourrait avant que ses ennemis ne le voient flancher. Heureusement, il est décédé avant midi le lendemain, heure à laquelle il devait être pendu.

Rien n'indique que les soldats du 115th Ohio ont été punis pour l'atrocité. La légende dit que le sergent en charge de la patrouille de l'Union "est devenu un fou furieux".

Et pour ceux qui croient en de telles choses, il y avait un peu de justice karmique infligée aux soldats du 115th Ohio. Un certain nombre d'entre eux ont été capturés et envoyés dans l'horrible prison rebelle d'Andersonville, en Géorgie.

D'autres soldats de l'unité sont morts lors de la catastrophe de Sultana le 27 avril 1865. Le Sultana, un bateau à vapeur à roues latérales, était chargé de soldats de l'Union allant de Memphis au Caire, dans l'Illinois. Juste au nord de Memphis, le bateau a explosé dans la pire tragédie maritime de l'histoire des États-Unis. On estime à 1 700 la mort, dont un certain nombre de soldats du 115th Ohio.

Quant à l'autre cousin de Dee Jobe, Thomas Benton Smith, il a participé à certains des combats les plus sanglants de la guerre de Sécession en tant qu'officier du 20th Tennessee Infantry pendant Shiloh, Stones River, Chickamauga, Atlanta, Franklin et Nashville.

À Shiloh, le régiment a subi 50 pour cent de pertes et le colonel Joel Battle a été fait prisonnier. Smith a été élu pour le remplacer. Il a reçu une balle dans la poitrine et le bras gauche à Stones River où son frère, John, a été tué en portant les couleurs du régiment.

Il fut à nouveau blessé à Chickamauga et à Missionary Ridge, il fut nommé commandant de brigade après la blessure du colonel Tyler. Au cours de la campagne d'Atlanta, il est promu général de brigade à temps pour la bataille de Franklin, dont il s'en sort indemne.

Le 16 décembre 1864, l'armée du Tennessee a formé une nouvelle ligne avec la brigade Smith et le reste du 20e Tennessee s'étendant d'un verger de pêchers à une proéminence appelée plus tard Shy's Hill. Après un bombardement d'artillerie lourde, l'armée de l'Union a attaqué et balayé le terrain.

Le colonel William Shy a été tué et Smith a été capturé. Alors qu'il était mené à l'arrière par les troupes fédérales, Smith fut accosté par le colonel William Linn McMillan du 95th Ohio.

McMillan, qui avait été journaliste à Columbus, Ohio avant la guerre, aurait été intoxiqué soit par les esprits, soit par l'intensité de la bataille. Il a commencé à maudire Smith, qui a répondu: "Je suis un prisonnier désarmé."

Cela a enragé McMillan qui a dégainé son sabre et a frappé Smith trois fois à la tête. L'épée a traversé son chapeau et lui a ouvert le crâne afin que le cerveau de l'officier confédéré soit exposé.

Les troupes fédérales ont retenu McMillan et ont précipité Smith vers un chirurgien de l'Union, qui a remarqué :

“Eh bien, vous êtes près de la fin de vos batailles, car je peux voir le cerveau suinter à travers l'espace dans votre crâne.

Smith a survécu à l'attaque et a été transféré dans un camp fédéral de prisonniers de guerre à Fort Warren, dans le Massachusetts.

Il n'avait que 27 ans lors de sa libération conditionnelle à la fin de la guerre.

Il est retourné à son travail avec le chemin de fer et s'est même présenté sans succès pour le Congrès américain.

Puis des vagues de dépression ont commencé à déferler sur Smith. Les médecins ont attribué les combats à sa blessure à la tête.

En 1886, il est admis au Tennessee State Asylum à Nashville. L'établissement, plus tard connu sous le nom d'hôpital psychiatrique central d'État, était situé sur le site du campus actuel de Dell Computer.

Smith a fait plusieurs tentatives pour reprendre la vie en dehors de l'asile, mais ce devait être sa maison pour la majeure partie du reste de sa longue vie.

Il a pu participer à des réunions et à d'autres événements parrainés par le 20e Tennessee.

Le magazine « Vétéran confédéré » a enregistré l'une de ces sorties en 1910 :

“Lors d'une récente réunion du 20e Régiment du Tennessee à Nashville, Tennessee, dans le magnifique parc Centennial où a eu lieu l'Exposition du centenaire du Tennessee en 1897, le général Thomas Benton Smith, l'un des premiers commandants du régiment, qui a été dans le Tennessee Insane Asylum presque depuis la guerre d'un coup de sabre sur la tête après sa capitulation à la bataille de Nashville, était aux commandes d'un exercice et d'un court défilé. Le régiment a été formé comme une compagnie, et le maître de forage, bien que maintenant quelque peu vénérable, bien qu'il soit dit avoir été le plus jeune général de brigade de la Confédération, a conduit les hommes à travers le manuel des tactiques de Hardee comme si un demi-siècle était une demi-année.

« Le général Smith était plein d'équilibre, aussi plein de l'animation de l'ancien temps qu'on pouvait l'imaginer. Quand ils se tenaient à “Robe droite ! Yeux bien ! Il a dit : « Jetez ces bâtons, vous n'en avez pas besoin ! » Une photo de cette scène et une répétition de tout ce qu'il a dit serait très agréable. Le général Smith a des moments de profonde dépression et est triste de sa longue « emprisonnement », mais il est toujours heureux lors des rassemblements confédérés et reste un magnifique spécimen de la virilité confédérée.

Smith est décédé le 21 mai 1923. À 85 ans, il était l'un des derniers généraux confédérés survivants malgré les blessures mentales qui l'ont tourmenté pendant près de 60 ans.


Maison William T. Smith

RÊVE D'ARCHITECTURE CHARGÉ D'HISTOIRE ! Majestueuse maison fédérale de 1835 avec boiseries raffinées, servait autrefois d'hôpital de campagne pendant la guerre de Sécession. Le cadre rural de deux acres dément sa proximité avec Fayetteville, Research Triangle et l'aéroport international RDU dans le 5ème comté le plus peuplé de Caroline du Nord.

Visite virtuelle disponible ici.

La maison William T. Smith est l'une des trois plantations de la famille Smith qui ont toutes servi d'hôpitaux de campagne pendant la bataille d'Averasboro en 1865. La maison substantielle de plus de 4 000 pieds carrés présente de nombreux éléments architecturaux de style haut de gamme. Les boiseries exquises partout sont le rêve d'un amoureux de l'architecture. La maison nécessite une réhabilitation complète, mais se qualifie pour les crédits d'impôt pour la préservation historique. L'excellent emplacement à quelques minutes de l'I-95 offre le meilleur de la vie rurale avec les commodités de la ville à proximité. L'accès à proximité au sentier de la rivière Cape Fear offre des activités de plein air exceptionnelles liées à l'eau.






Cheminée qui s'est effondrée Avant l'effondrement de la cheminée Avant l'effondrement de la cheminée Avant l'effondrement de la cheminée

Informations architecturales et historiques

Dans une poche rurale à la limite du comté de Cumberland-Harnett autrefois connue sous le nom de Smithville, il reste encore trois plantations de la famille Smith : Oak Grove (1789) au centre du Liban (1824) au nord et William T. Smith House (1835) au Sud. La bataille d'Averasboro a eu lieu dans cette communauté de Smithville, un emplacement stratégique en raison de son emplacement entre la rivière Cape Fear et la rivière Black. Les trois maisons ont été utilisées comme hôpitaux de campagne pendant la bataille. Cette impressionnante maison a été construite pour William Turner Smith (1810-1855) et son épouse Mary Campbell Smith (1814-1886) vers 1835 peu après leur mariage.

Des études archéologiques approfondies ont révélé la riche histoire architecturale de cette élégante demeure. Le plan d'étage conserve son plan fédéral de deux pièces sur deux pièces. L'intérieur est un régal pour vos yeux avec ses boiseries exquises, y compris les manteaux de style fédéral et néo-grec, un vaste lambris à panneaux avec faux fini en acajou à l'entrejambe, un escalier à remontoir avec balustrade chinoise Chippendale, des portes à panneaux avec quincaillerie d'origine, des moulures de portes et de fenêtres audacieuses et une construction antique. -dans les armoires. Ils ne les construisent plus comme ça !

À l'extérieur, la maison à ossature sur pilotis à deux étages avec un toit en bardeaux d'asphalte à pignon latéral est flanquée de deux grandes cheminées flamandes en briques à motif de losange. La cheminée est s'est malheureusement effondrée en septembre 2018 à la suite de l'ouragan Florence, mais des photos pourraient être utilisées pour la reconstruire. Un portique à fronton à deux étages domine la façade avant et est accentué par une balustrade décorative en gerbe de blé. L'entrée frappante du premier étage est marquée par la configuration inhabituelle à deux portes, chaque porte étant coiffée d'une large imposte à deux lumières. Un large encadrement de porte à pilastre cannelé orne l'entrée. L'entrée centrale au deuxième étage est flanquée de fenêtres latérales et d'une imposte. Les pilastres cannelés de chaque côté accentuent davantage la baie du porche. Une aile substantielle de style néo-grec à deux étages avec un porche latéral à deux étages a été ajoutée à l'arrière juste avant la mort de Smith en 1855.

TRAVAUX DE RÉNOVATION NÉCESSAIRES

Bien qu'elle conserve sa forme historique et une grande partie de ses excellentes boiseries anciennes, la maison William T. Smith a subi quelques modifications, notamment l'installation de fenêtres de remplacement (les fenêtres d'origine étaient à guillotine 9 sur 9), un ajout de salle de bain qui couvre l'ouest cheminée d'extrémité et enceinte du porche de l'aile arrière à deux étages.

Certains travaux de structure ont été effectués, notamment la restauration du revêtement extérieur et la construction de 22 piliers de fondation supplémentaires. La maison nécessite une réhabilitation complète, y compris certaines réparations des fondations restantes, la restauration des principales caractéristiques et formes architecturales, l'installation de systèmes mécaniques, de salles de bains et d'une cuisine, et la restauration du porche avant. Situé juste à l'intérieur de la limite sud du district historique d'Averasboro Battlefield, il est admissible aux crédits d'impôt pour la préservation historique.

Informations sur la zone

Situé dans le comté de Cumberland dans la ville d'Averasboro, le paysage de la ville historique conserve son caractère rural : de vastes champs cèdent la place à des forêts épaisses, des ravins peu profonds et profonds et des ruisseaux sinueux. Et pourtant, sa proximité avec l'université Campbell et la ville de Fayetteville offrent de nombreuses commodités. À quelques minutes de l'I-95, il se trouve à une heure de route de la zone Research Triangle et de l'aéroport RDU.

Près de la rivière Cape Fear, l'accès à proximité au sentier de la rivière Cape Fear offre des activités de plein air exceptionnelles liées à l'eau. Les deux autres plantations familiales Smith restaurées (propriété privée), un musée et un cimetière de la guerre civile et plusieurs monuments sont également situés à quelques kilomètres de la maison William T. Smith. La légende veut que cette ancienne ville portuaire soit devenue la capitale de la Caroline du Nord, la mesure ayant échoué par une seule voix.


Les frères de Joseph Smith

Joseph Smith, Jr. est né le 23 décembre 1805 à Sharon, Vermont, de Joseph Smith, Sr. (1771-1848) et Lucy Mack Smith (1775-1856). Il avait dix frères et sœurs, dont un frère anonyme décédé à la naissance en 1797, et était le cinquième plus vieux. Parmi ces frères et sœurs, cinq de ses frères – Alvin, Hyrum, Samuel Harrison, William et Don Carlos – ont vécu jusqu'à l'âge adulte. Des six fils Smith, Joseph était le deuxième fils.

À l'automne 1838, pendant les persécutions du Missouri, le père de Joseph tomba malade. Malgré cette maladie, il fit l'exode forcé du Missouri vers Nauvoo, Illinois, en 1839 et y mourut le 14 septembre 1840. Il fut considéré comme un martyr de la cause.

Joseph, comme son père dont il porte le nom, mourra également en martyr à l'âge de 38 ans lorsqu'il fut assassiné dans la prison de Carthage à Carthage, Illinois par une foule en colère le 27 juin 1844. Mais, qu'est-il arrivé à ses frères ?

Alvin Smith – Fidèle partisan de l'œuvre de Joseph

Alvin Smith, l'aîné des fils Smith, est né le 11 février 1798 à Tunbridge, dans le Vermont. Lorsque la famille a déménagé dans le nord de l'État de New York, il a proposé de quitter la maison pour trouver du travail, où il recevrait un salaire plus élevé pour aider la famille à payer ses dettes et à construire une maison. Sa mère, Lucy Mack Smith écrira plus tard :

Grâce à l'industrie persévérante de mon fils, il a pu nous revenir après beaucoup de travail, de souffrance et de fatigue avec la somme d'argent nécessaire pour tous, sauf le dernier paiement. En deux ans à partir du moment où nous sommes entrés dans Palmyre, étrangers, dépourvus d'amis, de maison ou d'emploi, nous avons pu nous installer sur notre propre terre dans une habitation douillette, confortable, quoique humble, construite et soigneusement meublée par notre propre industrie (& #8220Histoire de Joseph Smith par sa mère”).

Étant un fils loyal et dévoué, Alvin a toujours voulu prendre soin de ses parents et avait le désir de leur construire une maison plus grande et meilleure dans laquelle ils pourraient profiter de leurs dernières années de vie. Cependant, il n'a pas vécu pour réaliser son rêve. À la mi-novembre 1823, à l'âge de 25 ans, fiancé et impatient d'un avenir radieux, il tombe gravement malade. Son médecin lui a administré une forte dose de calomel qui s'est logé dans son estomac, et il est décédé le mercredi 19 novembre 1823, des suites d'un empoisonnement au mercure dû au calomel qui lui avait été administré.

Alors qu'il gisait mourant, sa mère enregistra ses dernières paroles à son jeune frère Joseph concernant l'œuvre à laquelle il avait été appelé :

Faites tout ce qui est en votre pouvoir pour obtenir le record. Soyez fidèle à recevoir l'instruction et à garder tous les commandements qui vous sont donnés… votre frère Alvin doit maintenant vous quitter, mais souvenez-vous de l'exemple qu'il vous a donné & #8221 (“Histoire de Joseph Smith par sa mère”).

Le 21 janvier 1836, dans une vision donnée à Joseph Smith dans le temple de Kirtland, Ohio, il vit son frère Alvin dans le royaume céleste. À partir de cette vision, Joseph a appris la doctrine du salut pour les morts. La révélation moderne enregistre la vision et l'enseignement doctrinal dans Doctrine et Alliances 137 :

Les cieux se sont ouverts sur nous, et j'ai contemplé le royaume céleste de Dieu, et sa gloire, que ce soit dans le corps ou à l'extérieur, je ne saurais le dire. J'ai vu la beauté transcendante de la porte par laquelle les héritiers de ce royaume entreront, qui était semblable à des flammes de feu encerclant aussi le trône flamboyant de Dieu, sur lequel étaient assis le Père et le Fils. J'ai vu les belles rues de ce royaume, qui avaient l'air d'être pavées d'or. J'ai vu le père Adam et Abraham et mon père et ma mère mon frère Alvin, qui a dormi depuis longtemps et s'est émerveillé de la façon dont il avait obtenu un héritage dans ce royaume, voyant qu'il avait quitté cette vie avant que le Seigneur n'ait mis la main pour rassembler Israël une seconde fois, et n'avait pas été baptisé pour la rémission des péchés. Ainsi vint la voix du Seigneur vers moi, disant : tous ceux qui sont morts sans connaître cet évangile, qui l'auraient reçu s'il leur avait été permis de demeurer, seront héritiers du royaume céleste de Dieu aussi tous ceux qui mourront désormais sans le savoir, ceux qui l'auraient reçu de tout leur cœur, seront héritiers de ce royaume car moi, le Seigneur, je jugerai tous les hommes selon leurs œuvres, selon le désir de leur cœur. Et j'ai aussi vu que tous les enfants qui meurent avant d'arriver aux années de responsabilité sont sauvés dans le royaume céleste des cieux.

Hyrum Smith – Aux côtés de son frère dans la vie et dans la mort

Le deuxième fils aîné, Hyrum Smith, est né à Tunbridge, dans le Vermont, le 9 février 1800. Il était un frère aussi proche de Joseph qu'Alvin l'avait été. Leur lien s'est encore renforcé lorsque, enfant, Joseph a souffert d'une douleur atroce causée par un abcès à la jambe. Pendant des heures, Hyrum s'asseyait au chevet de Joseph et tenait sa jambe aussi fort qu'il le pouvait pour aider à soulager la douleur.

Il a vécu une vie d'humble service et d'obéissance, et a été ordonné patriarche de l'Église de Jésus-Christ après la mort de son père. Tout au long de sa vie, il est resté un véritable ami, confident, conseiller et soutien à son jeune frère dans son rôle de prophète du Rétablissement. Joseph a dit à propos d'Hyrum :

Je pourrais prier dans mon cœur que tous mes frères soient comme mon frère bien-aimé Hyrum, qui possède la douceur d'un agneau, et l'intégrité d'un Job, et en bref, la douceur et l'humilité du Christ et je l'aime avec cet amour c'est plus fort que la mort, car je n'ai jamais eu l'occasion de le réprimander, ni lui-même (Personal Writings of Joseph Smith, comp. and ed. Dean C. Jessee, 2nd ed. rev. (Salt Lake City: Deseret Book, 2002) , 138.)

Mary Ann Stearns Winters a rappelé :

Je me réjouis de connaître le prophète Joseph, et aussi son frère Hyrum, car l'un n'est pas complet sans l'autre - ils étaient presque toujours ensemble et sont inséparablement liés dans l'esprit - Joseph et Hyrum - des noms toujours chers aux fidèles ( Mary Ann Winters, « Joseph Smith, the Prophet », Young Woman's Journal, décembre 1905, 557, cité dans Jeffrey S. O'Driscoll, Hyrum Smith : A Life of Integrity (Salt Lake City : Deseret Book, 2003), 227.)

Les deux frères étaient inséparables dans l'œuvre du Seigneur. Hyrum a dit de Joseph : « Il y avait des prophètes auparavant, mais Joseph a l'esprit et la puissance de tous les prophètes » (Joseph Smith, History of the Church of Jesus Christ of Latter-day Saints, éd. BH Roberts, 2e éd. rev. (Salt Lake City: Deseret Book, 1957), 6:346.) Au moment où Hyrum a été appelé à servir en tant que Patriarche de l'Église, le Seigneur lui a dit :

Et à partir de ce moment-là, je lui donne d'être prophète, voyant et révélateur pour mon église, ainsi que mon serviteur Joseph. Afin que mon serviteur Hyrum rende témoignage des choses que je lui montrerai, afin que son nom soit gardé en mémoire honorable de génération en génération, pour toujours et à jamais (Doctrine et Alliances 124:94,96.)

La révélation moderne nous dit également que non seulement Joseph et Hyrum étaient inséparables dans la vie, mais ils étaient également inséparables dans la mort. Doctrine et Alliances 135:3 se lit comme suit :

Joseph Smith, le prophète et voyant du Seigneur, a fait plus, à l'exception de Jésus seul, pour le salut des hommes dans ce monde, que tout autre homme qui y ait jamais vécu. En l'espace de vingt ans, il a produit le Livre de Mormon, qu'il a traduit par le don et le pouvoir de Dieu, et a été le moyen de le publier sur deux continents a envoyé la plénitude de l'Évangile éternel, qu'il contenu, aux quatre coins de la terre a apporté les révélations et les commandements qui composent ce livre des Doctrine et Alliances, et de nombreux autres documents et instructions sages pour le bénéfice des enfants des hommes rassemblés plusieurs milliers de saints des derniers jours, a fondé une grande ville, et a laissé une renommée et un nom qui ne peuvent être tués. Il a vécu grand et il est mort grand aux yeux de Dieu et de son peuple et comme la plupart des oints du Seigneur dans les temps anciens, a scellé sa mission et ses œuvres de son propre sang, tout comme son frère Hyrum. Dans la vie, ils n'étaient pas divisés, et dans la mort, ils n'étaient pas séparés !

Don Carlos – Similaire en personnalité à Joseph

Don Carlos, le plus jeune frère de Joseph Smith et de personnalité similaire, est né à Norwich, Windsor, Vermont, le 25 mars 1816. Il a été baptisé membre de l'Église de Jésus-Christ le 9 juin 1830 à l'âge de 14 ans. Il a rendu un témoignage fort et tout au long de sa vie, il a été dirigeant, missionnaire et rédacteur en chef de périodique. Le 15 janvier 1836, il est appelé à servir en tant que premier président du collège des grands prêtres (aujourd'hui appelé président de pieu). Il était également membre de l'équipe de construction du temple de Kirtland et a participé à la cérémonie de pose des pierres angulaires de ce temple au début de 1841.

En 1839, il est devenu le premier rédacteur en chef du journal Latter-day Saint de Nauvoo, dans l'Illinois. Horaires et saisons. En tant qu'imprimeur et éditeur, il a participé à l'impression de l'édition de 1835 des Doctrine et Alliances, de plusieurs éditions du Livre de Mormon, et a également été éditeur et éditeur du périodique de courte durée. Journal des Aînés.

Don Carlos a également siégé au conseil municipal de Nauvoo, dans l'Illinois, et en tant que brigadier général de la Légion. Le 7 août 1841, à l'âge de 25 ans, après s'être plaint de douleurs au côté, il mourut subitement de causes incertaines, décrites tantôt comme une forme de pneumonie, tantôt comme une consommation rapide, à Nauvoo, Hancock, Illinois.

En janvier de cette même année, la femme de Samuel Smith est décédée et Robert B. Thompson, beau-frère de Hyrum et coéditeur du Horaires et saisons, mourut de la même plainte un mois après Don Carlos. Septembre 1841 a également vu la mort du plus jeune fils de Joseph et Emma, ​​également nommé Don Carlos, et la mort du fils de Hyrum, nommé Hyrum.

Samuel Harrison Smith – Un témoin du Livre de Mormon

Samuel Harrison Smith est né à Tunbridge, dans le Vermont, le 13 mars 1808. Il a déménagé avec sa famille dans l'ouest de New York dans les années 1820. Lorsque son père a raté un paiement hypothécaire sur la ferme familiale à la périphérie de Manchester Township, près de Palmyre, un quaker local nommé Lemuel Durfee a acheté le terrain et a permis aux Smith de continuer à y vivre en échange du travail de Samuel à Durfee. boutique.

Samuel était l'un des membres originaux de l'Église de Jésus-Christ. Il a été baptisé par Oliver Cowdery le 25 mai 1829. Il était également l'un des huit témoins du Livre de Mormon et s'est joint à leur témoignage selon lequel « nous avons manipulé [les plaques d'or] avec nos mains et nous avons également vu les gravures dessus. .

Il est considéré comme le premier missionnaire de l'Église. En tant que missionnaire, il distribua des exemplaires du Livre de Mormon à tous ceux qui en recevraient un, y compris le frère et le beau-frère de Brigham Young. En juin 1832, lui et Orson Hyde sont devenus les premiers missionnaires saints des derniers jours à prêcher dans le Connecticut. Ils prêchèrent également à Boston en juin 1832 et, grâce à leurs efforts, des branches de l'Église furent établies à Boston et à New Rowley, dans le Massachusetts. En juillet 1832, ils se rendirent à Providence, Rhode Island, où ils baptisèrent deux personnes, mais en raison de menaces de violence, ils durent partir après seulement douze jours. En septembre 1832, ils devinrent les premiers missionnaires à prêcher dans le Maine. Ils ont également baptisé des personnes à Spafford, New York, lors de leur mission de 1832.

Lorsque le premier Haut Conseil de l'Église, à l'époque le principal organe judiciaire et législatif de l'Église, fut organisé le 17 février 1834, Samuel était l'un des douze hommes choisis comme membre. En 1835, il est nommé agent général de la société chargée de publier un livre de cantiques et des livres scolaires pour les saints des derniers jours, en étroite collaboration avec Emma Smith et W. W. Phelps.

Selon le 22 février 2015 Nouvelles de Déseret article:

Le 27 juin 1844, le jour où Joseph et Hyrum Smith furent martyrisés, sonna également le glas de Samuel Smith. Il vivait à plusieurs kilomètres de Carthage, dans le Missouri, et était déterminé à venir voir s'il pouvait aider. Mais il a été poursuivi et abattu, ne s'échappant que grâce à son endurance et à son équitation supérieure. Il est arrivé trop tard mais a pris sa place pour garder les corps de ses frères lors de leur sombre voyage de retour à Nauvoo.

Cependant, incapable même de s'asseoir à cause de la faiblesse, il confia à sa mère qu'« il avait souffert d'une terrible détresse de mon côté depuis que j'étais pourchassé par la foule, et je pense que j'ai reçu une blessure qui va faire me malade.'” Il mourut un mois plus tard [30 juillet 1844], vraiment l'un des martyrs de la vérité (“Joseph Smith's Brothers: Nauvoo and after,” by Richard B. Anderson, Insigne, septembre 1979).

William Smith - Le dissident parmi les rangs

William Smith était le huitième enfant de Joseph Smith, père et de Lucy Mack Smith. Il est né le 13 mars 1811 à Royalton, Vermont. Il a été baptisé par David Whitmer, l'un des trois témoins du Livre de Mormon, le 9 juin 1830, le même jour que son frère Don Carlos. Il a été ordonné apôtre le 15 février 1835 et est devenu l'un des premiers membres du Collège des douze apôtres.

Au moment du martyre de Joseph et Hyrum, Guillaume vivait en Orient. En raison de la mauvaise santé de sa femme, il retourna à Nauvoo, dans l'Illinois, en 1845. Le 24 mai 1845, il fut appelé à servir en tant que patriarche président de l'Église à la place d'Hyrum. Peu de temps après avoir été ordonné patriarche président, Brigham Young a publié une clarification dans un journal de l'église qui a déclaré que William n'avait pas été ordonné patriarche de l'église, mais plutôt comme patriarche de l'église. William s'est offusqué de la clarification et la tension croissante entre lui et Brigham a augmenté. Smith était patriarche de l'église jusqu'au 6 octobre 1845, date à laquelle son nom et ses fonctions ont été lus à la Conférence générale. Le collègue apôtre, Parley P. Pratt, a exprimé des objections fondées sur le caractère et les pratiques délinquantes de William. Ceux qui assistaient à la Conférence générale ont voté à l'unanimité contre le soutien de William à la fois comme apôtre et comme patriarche et il a été exclu de l'Église. Il a répondu en soumettant une longue déclaration au journal anti-mormon le Signal de Varsovie dans lequel il comparait Brigham Young à Ponce Pilate et à Néron et l'accusait, ainsi que d'autres membres des Douze, de garder secrètement plusieurs épouses spirituelles. À la suite de sa déclaration, il fut excommunié de l'Église le 19 octobre 1845 pour cause d'apostasie.

À la suite de son excommunication, il n'a pas suivi Young et la majorité des saints des derniers jours qui se sont installés dans le territoire de l'Utah et ont établi l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, mais il a plutôt suivi la direction de James J. Strang et était impliqué dans l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours (Strangite).

En 1847, William a annoncé qu'il était le nouveau président de l'église des saints des derniers jours et qu'il avait un droit à la direction en raison de la doctrine de la succession en ligne. Il excommunia Young et les dirigeants de l'Église mormone et annonça que les saints des derniers jours qui n'étaient pas dans l'apostasie en suivant Young devraient se rassembler dans le comté de Lee, dans l'Illinois. En 1849, il obtint le soutien de Lyman Wight, qui dirigeait un petit groupe de saints des derniers jours au Texas. Cependant, son église n'a pas duré et, en quelques années, elle s'est dissoute.

Ses relations avec Young restèrent tendues jusqu'à la mort de Young en 1877. Il croyait que Young avait fait en sorte que son frère aîné Samuel soit empoisonné en 1844 pour empêcher son accession à la présidence de l'église. Pourtant, en 1860, il écrivit une lettre à Young et déclara qu'il désirait se joindre aux saints des derniers jours de la vallée du lac Salé. Cependant, peu de temps après, il est devenu soldat pendant la guerre de Sécession et après la guerre, il n'a montré aucun intérêt à déménager dans le territoire de l'Utah.

En 1878, William est devenu membre de l'Église réorganisée de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours (Église RLDS) qui a été organisée en 1860 avec son neveu, Joseph Smith III, comme chef. Il décède le 13 novembre 1893 à l'âge de 82 ans à Osterdock, Iowa.

Une mère aimante répond à la mort de ses fils

Je suis resté désolé dans ma détresse. J'avais élevé six fils jusqu'à l'âge adulte, et de tous, il n'en restait qu'un… alors que j'entrais dans la pièce et que j'ai vu mes fils assassinés… c'en était trop que je retombe en arrière, criant au Seigneur dans l'agonie de mon âme : « Mon Dieu mon Dieu, pourquoi as-tu abandonné cette famille !» Une voix répondit : «Je les ai prises pour moi, afin qu'elles se reposent.

En regardant leurs visages paisibles et souriants, il me semblait presque les entendre dire : " Mère, ne pleure pas pour nous, nous avons vaincu le monde par amour, nous leur avons apporté l'évangile, afin que leurs âmes soient sauvées, ils nous ont tués pour notre témoignage, et nous a ainsi placés au-dessus de leur pouvoir, leur ascendant est pour un moment, le nôtre est un triomphe éternel » (“History of Joseph Smith by His Mother”).

Ressources additionnelles:

À propos de Keith L. Brown
Keith L. Brown est un converti à l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, étant né et ayant grandi baptiste. Il étudiait pour être ministre baptiste au moment de sa conversion à la foi LDS. Il a été baptisé le 10 mars 1998 à Reykjavik, en Islande, alors qu'il était en service actif dans la marine américaine à Keflavic, en Islande. Il est actuellement le premier assistant du groupe des grands prêtres de la paroisse d'Annapolis, dans le Maryland. Il est un vétéran de la marine des États-Unis honorablement retraité depuis 30 ans.


WILLIAM SMITH, CSA - Historique

Vous faites un pas de plus vers le déverrouillage de notre suite d'outils complets et robustes.

Remplissez le formulaire afin que nous puissions vous mettre en contact avec la bonne personne.

  • Meilleur produit de gestion du risque de crédit
  • Meilleur fournisseur de recherche
  • Meilleur fournisseur de flux de données à faible latence

Si votre entreprise est actuellement abonnée à S&P Global Market Intelligence, vous pouvez vous inscrire en tant que nouvel utilisateur pour accéder à la ou aux plateformes couvertes par votre licence sur la plateforme Market Intelligence ou S&P Capital IQ.

Un de nos représentants vous contactera bientôt pour vous aider à démarrer votre démo.

Merci de l'intérêt que vous portez à S&P Global Market Intelligence ! Nous avons remarqué que vous vous êtes identifié comme étudiant. Grâce à des partenariats existants avec des établissements universitaires du monde entier, il est probable que vous ayez déjà accès à nos ressources. Veuillez contacter vos professeurs, votre bibliothèque ou votre personnel administratif pour recevoir votre identifiant étudiant.

Pour le moment, nous ne sommes pas en mesure d'offrir des essais gratuits ou des démonstrations de produits directement aux étudiants. Si vous découvrez que nos solutions ne sont pas à votre disposition, nous vous encourageons à plaider auprès de votre université pour une expérience d'apprentissage de premier ordre cela vous aidera longtemps après avoir obtenu votre diplôme. Nous nous excusons pour tout dérangement que cela pourrait causer.

Célébration des 22 ans des indices Dow Jones Sustainability TM

S&P Dow Jones Indices (S&P DJI) et SAM (qui fait maintenant partie de S&P Global) ont créé ensemble les Dow Jones Sustainability Indices (DJSI) en 1999. Le DJSI World a été le premier indice mondial à suivre les performances financières des principales entreprises axées sur le développement durable. dans le monde entier, sur la base du Corporate Sustainability Assessment (CSA), une analyse des facteurs ESG financièrement significatifs. Au fil des ans, le partenariat a conduit au développement de nouveaux indices de référence en matière de développement durable pour les investisseurs, tels que des indices nationaux et régionaux, aboutissant à la création de la famille d'indices S&P ESG, y compris l'indice S&P 500 ESG en 2019.

Alors qu'un nombre croissant d'entreprises ont choisi de participer au CSA, les examens annuels ont permis d'affiner et de rationaliser les questions au fil des ans. Le résultat est que les thèmes de développement durable actuellement pertinents sont combinés avec l'introduction systématique de nouveaux problèmes de développement durable – poursuivant l'évolution de la CSA.

L'univers des sociétés invitées à participer au CSA passera de 3 500 à 5 000 sociétés pour couvrir des indices S&P ESG supplémentaires en dehors de la famille DJSI. La transparence CSA est augmentée pour inclure les scores totaux, de dimension, de critère et de nouveau niveau de question. L'analyse comparative et l'analyse à ce niveau sont mises à la disposition des entreprises participant au CSA sur le portail CSA et sur le marché des capitaux via les plateformes S&P Global Market Intelligence.

Le SAM CSA est désormais émis par S&P Global. Le CSA est devenu la base de nombreux indices S&P ESG au cours des deux dernières décennies, attirant des milliards de dollars d'actifs. L'acquisition du CSA par S&P Global comprend la transition des équipes de notation ESG et d'analyse comparative ESG qui opèrent à partir de S&P Global Suisse, succursale de Zurich.

S&P Global Ratings intègre le CSA dans son service d'évaluation ESG et S&P Global Market Intelligence fournit les scores S&P Global ESG dans la plateforme MI.

S&P DJI et RobecoSAM célèbrent le 20e anniversaire du DJSI et sonnent ensemble la cloche d'ouverture à la Bourse de New York au début de la Climate Week NYC en septembre 2019.

RobecoSAM accueille à nouveau la marque « SAM » pour commercialiser les services et les produits des unités commerciales au sein de RobecoSAM, spécialisées dans la fourniture de données ESG, de notations et d'analyses comparatives.

S&P DJI lance sa série d'indices S&P ESG, basée sur ses nouveaux scores S&P DJI ESG (basés sur les données SAM ESG) également lancés en même temps.

UBS AM et DWS Group lancent les premiers ETF pour répliquer l'indice S&P 500 ESG, dans le cadre de la nouvelle série.

S&P DJI lance également le S&P/Drucker Institute Corporate Effectiveness Index.

Les critères CSA existants de « Sécurité de l'information, cybersécurité et disponibilité du système » et « Protection de la vie privée » sont encore améliorés en fonction de la nécessité de plus de contrôles de gestion et de divulgations concernant ces questions importantes pour les investisseurs. Le sujet du « salaire vital » est présenté au CSA comme critère d'avenir, interpellant les entreprises sur ce sujet émergent.

Le HLEG de la finance durable de l'UE publie un rapport final proposant des recommandations pour améliorer la contribution du système financier à une croissance durable et inclusive, y compris une taxonomie commune de la durabilité au niveau de l'UE.

Le nombre de réglementations ESG mises en œuvre au Royaume-Uni, au Canada et aux États-Unis a augmenté de plus de 100 % en trois ans.

La question « Taux d'imposition effectif » est ajoutée au CSA, conçue pour cibler les entreprises dont les taux d'imposition sont anormalement bas et pour compléter les questions sur la stratégie fiscale et la déclaration fiscale. Le critère de la stratégie climatique est mis à jour afin d'être davantage aligné sur les recommandations de la TCFD - les questions sous-jacentes ont été étendues à plus d'industries, soulignant l'importance croissante de ce sujet.

S&P DJI lance sa nouvelle série d'indices S&P Global Carbon Efficient en utilisant les données de Trucost, dans laquelle le fonds d'investissement des pensions du gouvernement japonais a alloué 14,7 milliards de dollars à ce jour.

S&P DJI lance également l'indice S&P Carbon Price Risk Adjusted en partenariat avec Trucost.

Le groupe de travail du FSB sur la divulgation financière liée au climat (TCFD) dévoile ses recommandations pour la divulgation aux investisseurs et aux entreprises sur les risques liés au climat. Le groupe de travail se compose de certaines des plus grandes institutions financières.

Le plus grand fonds de pension au monde, GPIF avec près de 1 300 milliards de dollars d'actifs, s'engage à porter la part de ses investissements ESG à 10 %. Cette annonce bouscule le marché ESG asiatique jusque-là endormi. Le nombre d'entreprises japonaises participant au CSA augmente de 18 %.

Le critère CSA « Droits de l'homme » est mis à jour conformément aux Principes directeurs des Nations Unies relatifs au cadre de rapport sur les droits de l'homme et le critère « Influence sur les politiques » est mis à jour.

S&P DJI est le premier fournisseur d'indices à publier sur son site Internet les caractéristiques ESG de tous les indices actions cotés.

Lancement de l'indice DJSI MILA.

Solar Impulse, le premier avion à voilure fixe piloté entièrement alimenté par l'énergie solaire, achève son tour de la Terre.

Panama papers : la publication de 11,5 millions de documents confidentiels divulgués par un cabinet d'avocats panaméen révèle comment certaines personnes fortunées ont utilisé des entités offshore pour cacher leur richesse.

En collaboration avec RobecoSAM et CPPIB, S&P DJI lance l'indice de création de valeur à long terme S&P, en utilisant les données CSA pour identifier les entreprises qui se concentrent sur une stratégie à long terme.

S&P DJI lance également le JPX/S&P CAPEX & Human Capital Index, en utilisant les données du CSA pour identifier les entreprises japonaises qui investissent de manière proactive dans le capital humain.

Le nouveau critère « Matérialité » est ajouté au CSA. Il évalue comment les entreprises identifient les problèmes économiques, environnementaux et/ou sociaux les plus importants pour leur activité, et si ces facteurs sont liés à leurs moteurs d'activité.

Sonnette d'ouverture du NASDAQ le 3 novembre 2016 avec les sociétés membres du DJSI.

Lancement des bases de données Benchmarking et Leading Practices.

Le fonds de pension du gouvernement norvégien de 890 milliards de dollars, considéré comme le plus grand fonds souverain au monde, s'engage à se désinvestir du charbon pour lutter contre le changement climatique.

Les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies sont présentés, offrant aux pays, aux investisseurs et aux entreprises une nouvelle boussole pour des investissements et des actions durables.

L'accord historique de Paris est conclu lors de la COP 21 de l'ONU, avec 185 États engagés à réduire considérablement les risques et les effets du changement climatique grâce à un accord universel contraignant pour réduire les émissions de carbone.

La méthodologie de notation du critère CSA « Eco-efficacité opérationnelle » est mise à jour. Il récompense les entreprises qui ont des objectifs environnementaux annuels ambitieux.

S&P DJI lance une gamme d'indices ESG thématiques, dont l'indice S&P 500 Environmental & Socially Responsible, l'indice S&P 500 Catholic Values, la famille d'indices S&P Fossil Fuel Free et l'indice S&P ESG Pan-Europe Developed Sovereign Bond.

Le réseau PRI lance le Montreal Carbon Pledge dans le but d'amener les plus grands investisseurs institutionnels à s'engager à mesurer et à divulguer leur empreinte carbone.

L'UE lance une enquête sur les structures d'imposition des sociétés de diverses sociétés multinationales.

Sécheresse en Californie et dans le sud-est du Brésil. Au Brésil, les réservoirs d'eau de Sao Paulo atteignent des niveaux record, mettant en péril l'approvisionnement en eau de plus de 6 millions d'habitants.

Les critères « Stratégie fiscale » et « Principes pour une assurance durable » sont ajoutés au CSA.

S&P DJI lance l'indice S&P Green Bond et l'indice S&P Green Bond Select.

Catastrophe du Rana Plaza : une usine de confection au Bangladesh s'effondre, tuant 1 134 travailleurs et mettant en lumière la gestion de la chaîne d'approvisionnement et les pratiques de travail dans l'industrie textile.

Suite à l'acquisition par Robeco en 2006, SAM est rebaptisé RobecoSAM.

Lancement du DJSI Emerging Markets.

Annonce de la collaboration avec le CDP et alignement du CSA sur les questions de la stratégie climat du CDP.

Les critères « Engagement des parties prenantes » et « Stabilité financière et risque systémique » sont ajoutés au CSA.

La Sustainable Stock Exchange Initiative est annoncée, invitant les bourses à promouvoir une meilleure divulgation et performance ESG parmi les sociétés cotées.

Le Sustainability Accounting Standards Board (SASB) est créé, avec pour mission de créer des normes de divulgation spécifiques à l'industrie sur les sujets ESG qui facilitent la communication entre les entreprises et les investisseurs sur les informations financièrement importantes et utiles à la décision.

Les Principes pour l'assurance de la durabilité du PNUE FI – un cadre mondial permettant au secteur de l'assurance de traiter les risques et opportunités environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) – sont lancés.

Deux nouveaux indicateurs d'égalité entre les femmes et les hommes sont introduits dans le CSA : « rétention des talents féminins » et « l'égalité de rémunération », reflétant la conviction de RobecoSAM que les entreprises engagées en faveur de l'égalité des sexes disposeront d'un avantage concurrentiel.

Le critère « Gestion de la chaîne d'approvisionnement » est amélioré pour évaluer la sensibilisation des entreprises aux risques et aux opportunités de durabilité dans leurs chaînes d'approvisionnement immédiates, et si elles utilisent des critères de durabilité pour sélectionner et surveiller les fournisseurs.

Fusion des indices S&P et des indices Dow Jones.

La catastrophe nucléaire de Fukushima Daiichi à la suite d'un tremblement de terre au large des côtes du Japon et du tsunami qui a suivi renouvelle la résistance du public à l'utilisation de l'énergie nucléaire.

Introduction d'une « nouvelle » notation pour évaluer la performance de l'entreprise dans le temps dans les domaines « Eco-efficacité opérationnelle » et « Empreinte environnementale ».

La Global Initiative for Sustainability Ratings (GISR) est établie, avec pour mission d'étendre et d'accélérer la contribution des entreprises et d'autres organisations du monde entier au développement durable grâce à la conception et à la diffusion d'un cadre d'évaluation des performances de durabilité généralement accepté.

L'International Integrated Reporting Council (IIRC) est créé, comprenant une coalition mondiale de régulateurs, d'investisseurs, d'entreprises, de normalisateurs, de la profession comptable, d'universités et d'ONG. La coalition promeut la communication sur la création de valeur dans les rapports d'entreprise.

Les prix mondiaux des denrées alimentaires culminent, entraînant des troubles sociaux, et sont considérés comme un facteur contribuant à la propagation de l'instabilité politique en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

Le critère « Risques liés à l'eau » est ajouté au CSA.

Lancement de SIMS3 en tant que nouvelle plate-forme CSA améliorant la vitesse et l'accessibilité des données.

Lancement de l'indice DJSI Europe.

Les DJSI Asia Pacific et DJSI Korea sont lancés pour refléter l'intérêt croissant des investisseurs et des entreprises dans ces régions.

S&P DJI lance certains des premiers indices de référence à faible émission de carbone au monde en partenariat avec Trucost, notamment la série d'indices S&P Carbon Efficient et l'indice S&P 500 Carbon Select.

2007-2008

La crise financière mondiale s'empare de l'économie mondiale, sensibilisant le public aux pièges de la pensée à court terme et des systèmes financiers non réglementés. La participation au CSA augmente de plus de 23 % entre 2007 et 2009. Une grande partie de cette croissance provient du secteur financier.

Des critères « Gestion de l'innovation » et « Protection de la vie privée » sont ajoutés au CSA.

Le Conseil et le Parlement de l'UE adoptent le paquet climat et énergie 2020, fixant des objectifs contraignants pour réduire les émissions de GES de l'UE à 20 % par rapport aux niveaux de 1990, obtenir 20 % de ses besoins énergétiques à partir d'énergies renouvelables et parvenir à une amélioration de 20 % de l'efficacité énergétique d'ici 2020.

S&P DJI lance le S&P Global Clean Energy Index et le S&P Global Water Index.

Les Principes des Nations Unies pour l'investissement responsable (UN PRI), encourageant les investisseurs à intégrer les considérations ESG dans leurs décisions d'investissement, sont lancés à la Bourse de New York.

Suite à l'acquisition, SAM devient membre de Robeco.

Le département SAM ESG Benchmarking est créé pour fournir aux entreprises une analyse de leurs performances en matière de développement durable et un benchmarking en matière de développement durable sur la base du questionnaire CSA.

Le critère « Stratégie pour les marchés émergents » est ajouté au CSA.

Lancement de l'indice DJSI Australie.

2004-2005

L'ouragan Katrina a touché terre le long de la côte du golfe des États-Unis, causant de graves dommages.

Introduction de « l'analyse des médias et des parties prenantes » (MSA), un examen de la couverture médiatique et des informations accessibles au public des parties prenantes, conçu pour évaluer la réponse d'une entreprise aux problèmes critiques de durabilité.

Les critères « Approvisionnement en matières premières » et « Opérations sur l'eau » sont ajoutés au CSA.

Lancement de l'indice DJSI Amérique du Nord.

La première édition du SAM Sustainability Yearbook est publiée.

Lancement de l'Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE) promouvant une norme mondiale pour la gestion responsable et transparente des ressources pétrolières, gazières et minérales du monde.

Les critères « Gestion de la marque » et « Rémunération des membres du conseil d'administration » sont ajoutés au CSA.

2001-2002

Le dépôt de bilan d'Enron et le scandale WorldCom ont conduit à une nouvelle ère de réglementations et de contrôles de gouvernance tels que la loi Sarbanes-Oxley. La gouvernance d'entreprise devient un sujet largement débattu et encore plus crucial pour les investisseurs.

Des critères intersectoriels sont présentés à l'ASC.

Le Carbon Disclosure Project (aujourd'hui connu sous le nom de CDP) est établi - créant ce qui deviendra la plus grande base de données au monde sur les informations climatiques des entreprises pour la communauté des investisseurs.

Le questionnaire de l'ASC est migré vers un format en ligne.

Le premier Corporate Sustainability Assessment (CSA) est envoyé à 2 000 entreprises. Il est sur papier et tous les documents et preuves sont retournés sous forme de copies papier.

Les indices Dow Jones (maintenant S&P Dow Jones Indices) et SAM lancent conjointement le premier indice de référence mondial en matière de durabilité, le DJSI World.

Le tout premier indice mondial DJSI compte 228 composants.

Contact
Informations légales importantes :

Les indices de durabilité Dow Jones sont un produit de S&P Dow Jones Indices LLC (« S&P DJI ») et/ou de ses sociétés affiliées. S&P® est une marque déposée de Standard & Poor's Financial Services LLC, Dow Jones® est une marque déposée de Dow Jones Trademark Holdings LLC (« Dow Jones »). Les marques déposées ont été concédées sous licence à S&P DJI et à ses sociétés affiliées.

L'inclusion d'une entreprise dans un indice de durabilité Dow Jones ne constitue pas une recommandation d'acheter, de vendre ou de détenir une telle entreprise, ni un conseil en investissement. Les produits d'investissement basés sur les indices de durabilité Dow Jones ne sont pas sponsorisés, approuvés, vendus ou promus par S&P DJI, Dow Jones ou leurs sociétés affiliées.

Aucune garantie Cette publication est dérivée de sources considérées comme exactes et fiables, mais ni son exactitude ni son exhaustivité ne sont garanties. Le matériel et les informations contenus dans cette publication sont fournis « tels quels » et sans aucune garantie, expresse ou implicite. S&P DJI et ses sociétés liées, affiliées et filiales déclinent toute garantie, expresse ou implicite, y compris, mais sans s'y limiter, les garanties implicites de qualité marchande et d'adéquation à un usage particulier. Toutes les opinions et points de vue dans cette publication reflètent le jugement actuel des auteurs et peuvent changer sans préavis. Il est de la responsabilité de chaque lecteur d'évaluer l'exactitude, l'exhaustivité et l'utilité des opinions, conseils, services ou autres informations fournis dans cette publication.

Limitation de responsabilité Toutes les informations contenues dans cette publication sont distribuées étant entendu que les auteurs, éditeurs et distributeurs ne donnent pas de conseils ou d'opinions juridiques, comptables ou autres sur des faits ou des questions spécifiques et n'assument donc aucune responsabilité en rapport avec son utilisation. En aucun cas, S&P DJI et ses sociétés liées, affiliées et filiales ne pourront être tenues responsables des dommages directs, indirects, spéciaux, accessoires ou consécutifs résultant de l'utilisation de toute opinion ou information contenue expressément ou implicitement dans cette publication.

droits d'auteur Sauf indication contraire, le texte, les images et la mise en page de cette publication sont la propriété exclusive de S&P DJI et de leurs sociétés liées, affiliées et filiales et ne peuvent être copiés ou distribués, en tout ou en partie, sans le consentement écrit exprès de S&P DJI.

Pas d'offre Les informations et opinions contenues dans cette publication ne constituent ni une sollicitation, ni une recommandation, ni une offre d'achat ou de vente d'instruments d'investissement ou d'autres services, ou de s'engager dans tout autre type de transaction. Les informations décrites dans cette publication ne s'adressent pas aux personnes situées dans une juridiction où la fourniture de telles informations serait contraire aux lois et réglementations locales.


L'Est du Kentucky et la guerre civile

La guerre contre les civils - Comtés de Breathitt, Letcher, Perry, Owsley, Leslie et Wolfe

Juin 1862 :
Un journal, le Lynchburg Virginian, rapporte qu'un unioniste nommé James Gilmore est tué dans le comté de Wolfe par William et Andy Martin. Le fils de Gilmore, William, a été blessé. D'autres hommes de l'Union dans le comté de Wolfe auraient été lynchés.

Fin août 1862 :
Le colonel Benjamin E. Caudill commence à recruter pour le 13e KY Cavalry [CS]. Son camp est près de Whitesburg, Letcher Co.
"Je n'ai pas été à la maison depuis le premier novembre, Caudill est venu dans cette colonie vers le dernier août et c'est là que j'en ai entendu parler pour la dernière fois. Ce que nous avons tous élevé là-bas est tout détruit, je dois y déplacer ma famille. "
[Lettre d'Hiram Hogg #1]

Alors que le capitaine Sud et le lieutenant. E. C. Strong recrutait, certains de leurs hommes étaient allés sur South Fork et avaient tiré sur Bill Strong, alors un soldat tout juste sorti de l'armée de l'Union, ayant déserté et rentré chez lui. Cela l'a enflammé, et il est allé former une compagnie de ses propres hommes et a tué presque tous les citoyens du Sud qu'il a trouvés.
[G. W. Noble, p. 23/24]

Octobre 1862 :
Henry Maggard, beau-frère de Gilbert Creech [voir 14 avril 1863], est tué par Talt Hall, une nouvelle recrue du 13th KY Cavalry [CS]. Henry Maggard avait érigé une maison en rondins de bois taillée de 2 étages dans un fond juste au-dessus de l'ancienne église Oven Fork, à Letcher Co. Les années sont venues, Henry était trop vieux pour servir mais il a défendu la cause de l'Union comme la plupart de sa famille et de nombreux voisins. Faire connaître son choix était dangereux et parler et défendre ouvertement était presque sûr de mettre quelqu'un en danger extrême. Mais Henry a parlé ouvertement et souvent, malgré les avertissements de la famille et des amis. Il n'a pas fallu longtemps pour qu'une bande de bushwhackers descende sur sa maison. Certains disent qu'ils étaient dirigés par un capitaine Hawk. Henry a été capturé, abattu par la rivière et Il a fait s'agenouiller dans les marguerites par une bûche de sycomore tombée. Par moquerie, ils lui ont dit de dire ses dernières prières alors qu'une discussion avait lieu pour déterminer qui avait "l'honneur" de débarrasser le pays d'un autre "Union Man". Dans le groupe était un nouvelle recrue, un garçon de 16 ans nommé Talt Hall. Les hommes plus âgés ont suggéré que ce serait le bon moment pour permettre au garçon de tuer son premier homme. Henry a été assassiné par Talt Hall. Il a été jeté dans une zone de mauvaises herbes où son corps gisait jusqu'à ce que des vautours aient indiqué l'emplacement de son corps. » Hall a ensuite été acquitté du meurtre d'Henry Maggard.
[En descendant Cumberland, par V.N. Phillips]
Remarque : Thomas Talton Hall s'est enrôlé dans la Co. D, 13th KY Cavalry [CS] le 4 octobre 1862, à Whitesburg, Letcher Co. KY.

Octobre 1862 :
George Washington Noble est tué par les hommes du capitaine Bill Strong, 14th KY Cavalry [US], sur Barge Branch, Breathitt Co.
. Nous n'étions pas à la maison depuis longtemps avant qu'un vieil esclave du nom de Bailey ne vienne nous dire que les Yankees avaient attaqué la maison de l'oncle Washington, et quand il est sorti, il lui avait tiré dans le corps et avait tiré sur le vieil homme. . C'était James Noble, son maître. Le vieil homme avait commencé à voir son frère, Washington, qu'ils avaient abattu. Son petit garçon s'était précipité pour le vieil homme, et ils se précipitaient pour lui. Ils savaient qu'il viendrait par là. Ils étaient sur un point à l'embouchure d'un creux où ils allaient bifurquer pour aller à la rivière et comme il arrivait en face d'eux, ils se mirent à lui tirer dessus sans même lui dire un mot. C'était un vieil homme à la barbe grise. Il s'est retourné et les a regardés et a dit : « Regardez mes cheveux gris, vous ne pouvez pas me tuer, car Dieu est avec moi. Il a dit que le Seigneur lui a montré qu'ils ne pouvaient pas blesser un cheveu de sa tête. Il a dit qu'il y avait une quinzaine de personnes dans la foule, qu'ils ont juste mis leurs armes sur l'épaule et sont partis, et il n'a jamais bougé jusqu'à ce qu'ils soient hors de vue. Vers midi, Washington Noble mourut.
[G. W. Noble, p. 22/23]
Il a été tué par Kim McIntosh et Hen Kilburn.
[William Murphy]
Remarque : George Washington Noble était le fils de Nathan Noble et Virginia Neace.

Leçon Noble tué. ils avaient pris la leçon Noble la veille. un prisonnier. Ils l'ont emmené, et son gendre était là et les connaissait tous. C'était un homme de l'Union et ils l'ont interrogé sur le pays. Il était avec eux un bon moment, a déclaré la famille. Après cela, nous n'avons plus jamais entendu parler de Lesson Noble. Richard Haddix, son gendre, a dit qu'il les connaissait tous. C'était le capitaine.William Strong avec une compagnie d'hommes qu'il recrutait pour l'armée. Le ruisseau de John Little, à environ trois kilomètres de chez lui. Ils l'avaient gardé sur cette branche comme prisonnier jusqu'à leur retour, et quand le capitaine Strong est venu vers les hommes et leur a dit qu'ils avaient tué Washington [Noble], ils ont tué Lesson Noble, car ils pensaient que s'ils le lâchaient il irait à l'armée et ils l'auraient pour se battre.
[G. W. Noble, p. 23/24/25]
Remarque : Lesson Noble était le fils de Nathan Noble et Virginia Neace.


14 octobre 1862 :
La maison du major John C. Eversole, située entre Krypton et Chavies dans Perry Co., est prise en embuscade par le capitaine Anderson Hays et le capitaine William Smith, tous deux du 13th KY Cavalry [CS], avec 100 hommes.
« Les rebelles sont entrés à environ 800 mètres de la maison du major Eversole et se sont arrêtés pour envoyer des espions pour voir ce qu'ils faisaient. là toute la nuit, gardant les piquets à l'extérieur. Le lendemain matin, à l'aube, nous avons marché jusqu'à la maison, dans le but de l'entourer, mais un homme est sorti de la maison vers l'endroit où nous étions, et Shade Duff lui a tiré dessus, et il a couru dans la maison, et les Yankees ont commencé à tirer sur nous depuis la maison. Les rebelles ont tiré à travers les fenêtres et les portes et chargeaient vers la maison, quand les Yankees ont couru dans leurs tiroirs et ont traversé la rivière Kentucky et remonté le colline dans le bois, et a tiré sur les rebelles. Le capitaine Hays avec ses hommes a chargé en bas de la rive de la rivière. Dick Duckam a dit qu'il a tiré sur un homme et l'a vu tomber. Dick a ensuite déserté les rebelles et a rejoint les Yankees, et Bill Deaton aussi. Nous sommes tombés sur le point de re chacune de leurs armes. Pendant que j'étais là-bas, j'ai vu un homme marcher environ 300 mètres le long de la rivière dans un champ. J'avais un fusil Springfield. J'ai levé les viseurs à 900 mètres et j'ai posé mon arme au sommet de la clôture, et j'ai dit : « Regardez-moi faire courir cet homme. » Quand l'arme a tiré, vous auriez dû le voir courir. Je m'en fichais alors de le tuer, car les Yankees avaient tiré sur Ephrem Sizemore dans la tête, et sa cervelle s'épuisait. Il était le beau-frère du capitaine Noble. Nous l'avons laissé là où il a été abattu. Nous avons entendu qu'il a vécu jusqu'au lendemain. Tous les soldats sont rentrés sains et saufs au camp sauf Ephrem Sizemore. Il ne fallut pas longtemps avant que le capitaine Hays et le capitaine Smith quittent le pays pour le comté de Letcher.
[G. W. Noble, p. 26-27]
Remarque : Ephraim Sizemore, Pvt. Co. G, 13th KY Cavalry [CS] est enterré dans le cimetière près de la cabane Eversole.
[Sherry Baker Frazier]

Fin oct./début novembre 1862 :
Des membres du 13th KY Cavalry [CS] à la ferme d'Elisha Breeding sur Breeding Creek, Letcher [maintenant Knott] Co. Ils ont confisqué la plupart des aliments de la famille, puis ont emmené Elisha à un endroit près du col entre Knott et Letcher Comtés, près de l'endroit où l'autoroute n°15 traverse la colline. En chemin, Elisée a pu jeter son portefeuille près d'une porte, où il a été retrouvé plus tard. Il a ensuite reçu une balle dans le dos. Ensuite, la famille a été autorisée à transporter son corps dans un traîneau et l'a enterré à Breedings Creek, près de chez lui.
L'identité des membres de cette bande était connue. Il s'agissait de : S. Sexton, A. Amburgey, Steve Sexton, Willy Moore, Francis Amburgey, Willey Amburgey et Ben Caudill.
[Hiram Hogg, Carl Elevage, Marie Fetter]
http://freepages.genealogy.rootsweb.com/

1er novembre 1862 :
Hiram Hogg est contraint par les menaces des hommes du colonel Benjamin E. Caudill [CS] de quitter son domicile à Letcher Co. à un moment donné.
[Lettre d'Hiram Hogg #1]

Briant Collins est allé se livrer à eux, ils l'ont attaqué et lui ont tiré dessus"
[Lettre d'Hiram Hogg #1]
Remarque : La motivation possible du meurtre de Briant Collins, 49 ans, par les hommes de Caudill pourrait être le fait que deux de ses fils, Jesse et Fielding Collins, étaient membres du 14th KY Cavalry [US]. D'autre part, un troisième fils, Carter Collins, était membre de la Co. H, 13th KY Cavalry [CS].


Janvier 1863 :
Perry, Breathitt, Letcher et Owsley. Les rebelles sont toujours en possession des comtés nommés ci-dessus, ayant chassé les familles des hommes de l'Union dans ce voisinage, mais, avec les armes appropriées et l'exercice nécessaire, les hardis alpinistes du major Eversole ne perdront que peu de temps pour reprendre leurs maisons et infligeant une punition aux vandales rebelles qui les ont temporairement dépossédés. Les rebelles de cette région du pays sont au nombre de quatre ou cinq cents, sous le commandement du célèbre Jack May et du chef voleur Benj. E. Caudelle.
[Louisville Daily Journal, 29 janvier 1863]

9 janvier 1863 :
Le capitaine Henderson Matthew Combs, Co. G, 13e KY Cav. [CS] abattu sur une barge par des hommes de la compagnie K, 14th Kentucky Cavalry [US] alors qu'ils étaient à la maison en congé [?], Clayhole, Breathitt Co. KY.
Darlène Gris
"Les hommes du capitaine Strong l'ont tué [Combs MP]. Ils ne l'ont pas laissé se rendre, mais l'ont tué dans sa propre maison, ont parcouru un kilomètre et ont tué David Barnett, un homme innocent."
[George W. Noble, p. 78]
Remarque : selon Gordon Barnett, David a été abattu (raison inconnue) le long de Troublesome, où il possédait 50 acres.

22 janvier 1863 :
Joseph Bowman, 50 ans, est tué par le lieutenant Smith et ses hommes de l'armée confédérée à Rocky Gap, près de Bear Creek, Breathitt Co.
[http://www.acetipton.net/bowman.html]
Remarque : "Lt. Smith" peut avoir été Samuel B. Smith, Co. B ou Lt. Isaac Smith, Co. I, tous deux 13th KY Cavalry [CS]. Peut-être aussi le capitaine William Smith, 13th KY Cavalry [CS]

mars 1863
Après le retour du major [Eversole] à la guerre, sa famille a déménagé sur trois kilomètres en aval de la rivière, et c'est ici qu'une bande de guérilleros en maraude s'est abattue sur la femme et les enfants sans défense. Les maraudeurs ont pris tout le bétail et les chevaux sauf une jument aveugle et un bouvillon d'un an qui étaient cachés dans les bois, ils ont pris toute la viande du fumoir ils ont tué les oies et les ont jetés dans la rivière pour flotter en aval ils ont déchiré les plumes et laissé les plumes s'envolent dans le vent de mars.
[Etta J. Eversole, cette vieille maison]
Remarque : cela a eu lieu à Perry Co., près de Krypton.


7 avril 1863 :
Andrew Jackson May's Company of the 10th KY Cavalry [CS] à la maison d'Abijah Gilbert dans le comté d'Owsley : "(May) a pris chaque cheval et mule que j'avais, au nombre de treize. maison, et ont tiré sur eux la plupart de leurs munitions: (William P.) Lacy a ensuite chargé mon fils aîné, avec son mousquet à la main, le maudissant - juré qu'il le pendra. Mon fils a dégainé son pistolet, a tiré sur Lacy par le bras , et dans sa cantine. Lacy leva la main, sanctifié, ne le fais pas. Mon fils a tiré à nouveau, a pris Lacy sous l'oreille, l'a laissé tomber de son cheval mort. Les garçons ont alors cassé - les balles de mousquet coupant tout autour d'eux - a dévalé une falaise abrupte et s'est échappé. Les rebelles ont ensuite mis le feu à mes maisons, brûlé tout ce que j'avais, laissant ma femme et mes enfants sans rien d'autre que les vêtements qu'ils portaient. Ma femme s'est agenouillée devant eux et leur a offert un mille dollars en liquide, pour ne pas brûler nos maisons. Ils l'ont éloignée avec leurs mousquets de quelques elle est sortie lui ont été enlevés par les rebelles. L'équilibre est tout allé aux flammes."
[Lettre de Gilbert, 13 avril 1863, Louisville Daily Journal]
Note : En avril 1863, Andrew Jackson May's Co. du 10th KY Cavalry [CS] faisait partie du commandement du général Marshall.
"J'ai été élu au Sénat en 1860 pour remplir le mandat non expiré de (blanc). J'ai voté contre la sécession du Kentucky et pour cela ma maison a été incendiée pendant la guerre. J'ai ensuite été transféré à Clay's Ferry, dans le comté de Fayette."
[Abijah Gilbert, Journal de John Jay Dickey, transcrit par Sherry Baker Frazier]

6 - 12 avril 1863 :
Edward "Ned" Begley est pendu au Nigh Way Point sur Cutshin Creek, Leslie Co. par un homme nommé Wells de Captain Bradshaw's Co., 2nd Battalion KY Mtd. Fusils [CS]. Edward avait fait des travaux de menuiserie pour un voisin et avait son marteau et sa scie dans les mains. Les rebelles, agissant comme s'ils étaient des hommes de l'Union, ont trahi Edward en révélant ses sympathies. Il a fait remarquer que sa famille attendait les hommes de l'Union et avait cuisiné pour eux toute la journée. Immédiatement, les rebelles tombèrent sur Edward, prenant les brides en cuir brut de leurs chevaux et le suspendant à un arbre à pattes juste à côté de la route.
[Clarence B. Davis, Malvery Roberts Begley, Amanda Begley Carner, John & Maudie (Nave) Roberts & B.G. Coomer dans "Clay Co. Ancestral News 10-1999"]
Commentaire d'Edward O. Guerrant, adjudant du général Humphrey Marshall, concernant le meurtre de Ned Begley. Guerrant a noté que Begley "a été très cruellement pendu par un homme nommé Wells dans les hommes de la compagnie de Bradshaw dont le dernier acte est la conséquence des précédents. Le vieil homme Begley était un homme de l'Union, en relation avec les Bushwacking Home Guards qui nous harcèlent tous les jours & s'est livré sans méfiance à nos soldats. »
[Journal d'Edward O. Guerrant, vol. 4 (manuscrit)]
Remarque : En avril 1863, le 2nd Battalion KY Mtd. Les fusils [CS] faisaient partie du commandement du général Marshall.

9/10 avril 1863 :
Patrick Howard, Sgt., Co. K, 14th KY Cav[US, à la maison en congé de maladie,] "assassiné par l'ennemi commandé par Jack May, alors qu'il était prisonnier."
[AGR]
Note : En avril 1863, Andrew Jackson May's Co. du 10th KY Cavalry [CS] faisait partie du commandement du général Marshall.

14 avril 1863 :
Gilbert Creech et son frère Elijah, ainsi qu'environ 50 autres Union Home Guards, sont capturés par les hommes de Benjamin Caudill sous le commandement du Major Thomas J. Chenoweth, 13th KY Cavalry [CS] sur Leatherwood Creek, Perry Co.
Ils ont tous été jugés pour divers crimes et mis en liberté conditionnelle, à l'exception de Gilbert Creech. Il a été jugé au camp des confédérés et il a été prouvé qu'il avait tué un vieil homme et une femme et les avait volés. Il a également été reconnu coupable d'autres crimes. Le major Chinaworth lui a demandé s'il avait fait du bushwhacking à ses hommes et Gilbert a répondu : "Oui, et je vais encore faire du bushwhacking". La réponse de Chinaworth était : "C'est sacrément incertain." Gilbert a été condamné à être abattu par un peloton d'exécution. Isaac Collins, Ben Smith et Dan Howard, dont le frère avait été tué par Creech, faisaient partie des hommes sélectionnés du peloton d'exécution. Franklin Allen s'est porté volontaire. Avant qu'il ne soit abattu, les hommes ont reçu l'ordre de viser et Creech s'est tapoté la poitrine et a dit aux hommes qu'il était prêt. Il a été abattu le 14 avril 1863 à Brashear's Salt Works dans le comté de Perry (maintenant connu sous le nom de Cornettsville, situé à l'embouchure de Leatherwood dans le comté de Perry sur la route 699, juste à côté de la route 7), sur le terrain où se trouve maintenant la maison de MC Cornett . Les personnes présentes ont dit que Creech était l'un des hommes les plus audacieux et les plus courageux à avoir jamais affronté un peloton d'exécution. Son corps a été enterré au cimetière P. H. Hall.

Remarque : Également connu sous le nom de « Scritch », Gilbert Creech, né en 1815, était le fils de John Creech, Sr. et de Sarah Armstrong. Il épousa Elizabeth Maggard, fille d'Old Sam Maggard, qui habitait au-dessus de Hindman, le 13 juillet 1843. Pendant la guerre, Creech s'associa à Clabe Jones.
Son beau-frère Henry Maggard est tué en octobre 1862, par Talt Hall, membre du 13th KY Cavalry [CS][voir ci-dessus]

4 juin 1863 :
Miles Spurlock abattu par le 14th KY Cavalry [US]. "Ils sont venus chez Samuel Spurlock et son fils, Miles, qui était un ancien soldat confédéré dans la compagnie du capitaine Swango avec moi, ont commencé à courir et ils lui ont tiré dessus et il est tombé.
[G.W. Noble, p. 32]

15 sept. 1863 - 5 oct. 1863 :
Brittain Helton, inscrit comme Pvt. dans Co. F, 47th KY Infantry [US], est abattu par des rebelles avant le rassemblement et laissé à Irvine KY et n'a plus jamais eu de nouvelles depuis.
[AGR]

Novembre 1863 :
La maison du capitaine Bill Strong est pillée.
[Au repos parmi les épines]

20 janvier 1864 :
Le capitaine Bill Smith, 14th KY Cavalry [US] s'arrête à la maison de Hiram Miller, un éminent homme du comté de Breathitt qui vivait dans la région supérieure du comté, et "rapidement et sans cérémonie" l'a tué.
[Herbert W. Spencer]

Jesse Spencer est abattu à son domicile, de l'autre côté de la fourche nord de la rivière Kentucky, à un endroit maintenant connu sous le nom de Wolverine, Breathitt Co. par le capitaine Bill Smith, 14th KY Cavalry [US]. Lorsque le capitaine Bill et ses hommes sont arrivés à cheval jusqu'à la maison des Spencer, ils ont crié aux Spencer de sortir. Jesse et Elizabeth sont venus à la porte et les Union Raiders ont fouillé leur maison à la recherche de William. Puis ils ont dit à Jesse qu'ils tueraient l'« éclaireur rebelle ».
Elizabeth a plaidé avec Strong et ses hommes pour la vie de son mari. Elle a dit qu'il était un vieil homme et qu'il n'était actif avec aucun des deux camps pendant la guerre. Strong a insisté sur le fait que Jesse Spencer était un « scout rebelle », alors il a été emmené à la porte de la clôture, s'est dressé contre la clôture et a été abattu en présence de sa femme.
Ils ont ensuite chassé la plupart du bétail de Spencer, sont entrés dans la maison, ont ouvert les lits de plumes avec leurs couteaux et ont versé des cruches de mélasse de « sorgho » dans les « tiques de plumes ». Les jambons, les rebuts et les épaules ont été retirés du fumoir. Ils ont également détruit les autres biens qu'ils ne pouvaient pas emporter avec eux et ont emmené l'un des esclaves de Jesse Spencer.
[Herbert W. Spencer]

Le capitaine Bill Smith, 14th KY Cavalry [US], et ses hommes se sont rendus à "Holly" dans la section Frozen Creek du comté de Breathitt. Ici, ils ont tiré sur Nathan Day, mais il a pu s'échapper dans l'obscurité.
[Herbert W. Spencer]

Le capitaine Bill Smith, 14th KY Cavalry [US] a monté jusqu'au 1. Lt. Jeremiah Weldon South, Jr., Co. B, 5th KY Inf. [CS, Orphans], - La maison de Jerry "Old Jerry" South. Jerry, voyant les raiders au loin, a commencé à courir dans les bois à proximité, mais un membre de la bande du capitaine Bill a tiré sur Jerry dans la jambe au-dessus du genou. Le tir lui a cassé la jambe mais South a réussi à se cacher des raiders dans l'obscurité. South a été emmené dans les bois par certains de ses amis et caché. Ils ont également informé sa femme, Caroline South, et elle est allée voir son mari et l'a soigné jusqu'à une guérison partielle.
[Herbert W. Spencer]

7 février 1864 :
1. Le lieutenant Jeremiah Weldon South, Jr., Co. B, 5th KY Inf. [CS, Orphelins], abattu à Holly sur Frozen Creek dans le comté de Breathitt, Ky. par les hommes du capitaine Bill Strong, à la ferme de John et Polly Hollon. Ils avaient emmené Jérémie chez eux pour s'occuper de lui. Au cours de la nuit, les "Home Guards" du Kentucky sont tombés sur la maison. Lorsque Polly est sortie avec une lampe, ils lui ont tiré dessus et lui ont demandé si des soldats blessés étaient hébergés dans la maison. Les Home Guards sont entrés et ont tué Jérémie, alors que leurs enfants étaient à la maison. La maison Hollen était située sur Holly Creek.
[Bill James, via Timothy J. Barron]
http://hometown.aol.com/BellwareD/allen.html

20 février 1864 :
Sanford Shackelford, un homme fort de l'Union, est tué par des guérilleros à la porte de sa maison sur Upper Devil's Creek. (voir aussi juin 1864)

14 avril 1864 :
Les citoyens de Booneville [Owsley Co. KY], forts de 40, ont fouetté, le 14 courant, les guérilleros de Fred Gray, au nombre de 75. Les citoyens ne signalent aucun ennemi dans les comtés de Perry ou de Breathitt. Whitesburg, dans le comté de Letcher, évacué dernièrement par les forces rebelles.
[O. R., ser. Moi, Vol. 32, pt. 1, p. 646]
. Le seul homme tué était un guérillero abattu par Perry Bishop. On dit que Perry a dit par la suite : « Je connaissais l'homme sur lequel j'ai tiré. C'était un de mes amis, mais je savais que nous devions en tuer certains ou ils en tueraient certains et j'avais une trop bonne idée de lui pour laisse le partir."
Remarque : Perry Bishop, n. 1834, épouse Vicey Baker.
[Quand ils ont pendu le violoneux, par Jess Wilson, pp. 75/76]

2 mai 1864 :
Le major John C. Eversole et son frère Joseph auraient quitté le service à ce moment-là et seraient rentrés chez eux à Krypton, Perry Co. Les rebelles n'étaient pas non plus convaincus que les Eversoles avaient en fait abandonné le combat ou avaient cherché à se venger des Yankees plus tôt. action. Un groupe important du 13th Kentucky Cavalry [CS] de Caudill (alors sous le commandement du major Thomas Chenowith) a attaqué la maison Eversole avec une grande force ce jour de printemps et a réussi à tuer à la fois le major Eversole et son frère Joseph. La maison Eversole était criblée de centaines d'impacts de balles à travers les épaisses bûches de peuplier. De nombreux impacts de balles restent évidents aujourd'hui.
[Sherry Baker Frazier]
Lieut. Hawk était entré avec ses soldats et avait tué le major Eversole et son frère, Joseph Eversole. Ils avaient quitté l'armée et restaient chez eux, et ont été abattus en représailles contre John Gambill et d'autres.
[G. W. Noble, p. 53/54]

Juin 1864 :
James "River Jim" Allen, 13th KY Cavalry [CS], est tué dans sa ferme de Wolfe Co. KY en représailles au meurtre de Richard Sanford Shackleford en février 1864. "River Jim" apportait du maïs à un moulin voisin pour broyage quand il a été reconnu par certains membres de la famille de Shackleford comme l'un des pillards. Jim a été capturé et tué par vengeance. Lorsque sa femme, Nancy, est allée récupérer son corps, il n'était plus là. On pense qu'il a été lesté de roches et jeté dans la rivière ou enterré dans les bois voisins. Quoi qu'il en soit, son corps n'a jamais été retrouvé. Trois des frères de Jim, John, Irwin et Emery Allen ont connu un sort similaire lorsqu'ils ont été pris en embuscade par des soldats de l'Union à l'embouchure de Drowning Creek à Estill Co., Kentucky en 1865 alors qu'ils rentraient chez eux à pied à la fin de la guerre.
[Daniel A. Bellware ]
http://hometown.aol.com/BellwareD/allen.html

3 juin 1864 :
Le frère du capitaine Bill Strong, John C. Strong, 14th KY Cavalry [US], tué dans une embuscade alors qu'il rentrait chez lui, près de Canoe, Breathitt Co. KY.
"Jack Combs avait pris en charge la compagnie de bushwhackers [Alexander Noble, frère de GW Noble capturé] d'Alex, et lui et Hiram Sizemore s'étaient rendus à North Fork pour repousser le capitaine Strong. Ils se sont rendus dans une brèche dans la montagne appelée Hickory Gap et ont été cachés derrière des arbres. Quelqu'un qui vivait dans le quartier leur avait dit comment le capitaine Strong est passé à travers cette brèche. Son frère, le capitaine Strong, est venu et ils l'ont tué. Il était presque comme le capitaine Strong, mais était un homme bon, et quand les soldats cambriolaient des maisons, le capitaine Strong restait dehors et n'entrait pas. Ils étaient vraiment désolés après avoir découvert qu'ils avaient tué le mauvais homme.
[George W. Noble, p. 54]

5 juin 1864 :
Le major Chenoweth et ses hommes, 13th KY Cavalry [CS] ont mis le feu à une maison sur Troublesome Creek. "où les hommes de Chenoweth avaient été après un bushwacker."
[Journal d'E. O. Guerrant, p. 974 (manuscrit)]

E.O.Guerrant laisse passer Main Quicksand et passe devant le corps de William Day," un bushwacker - 'Pas plus' - affreuse vue - un déserteur de Chenoweth : courez. Punition sommaire. Une femme naine l'a regardé. "
[Journal d'E. O. Guerrant, p. 974 (manuscrit)]

Les camps de la brigade de cavalerie de Giltner près de chez M. Cope, " père du capitaine A. C. Cope 5th K'y. M. Cope, Sr. étant un homme de l'Union, a adouci notre humeur avec une douzaine ou deux bons stands de miel.
[Journal d'E. O. Guerrant, pp. 974 975 (manuscrit)]

16 juin 1864 :
William Clark, grand prévôt d'Owsley Co., est capturé par une partie de la force de John Hunt Morgan, sous le commandement du colonel Giltner, 4th Kentucky Cavalry (CSA), lors de leur retraite de Cynthiana vers le sud-ouest de la Virginie. Clark avait été sur le Red Bird recrutant des Noirs pour le service militaire lorsqu'il a capturé. Il a été retenu prisonnier pendant un certain temps puis abattu. Clark était le père du colonel Andrew H. Clark, 47th KY Inf. [NOUS]
[Biographie du colonel Andrew H. Clark]
http://www.myoldkentuckyroots.com/AH_CLARKrow2col1.html

Le 5 août 1864 :
Elias Jent, Pvt dans Co. I of 13th Ky Cavalry [CS] pendu à Perry Co. [maintenant Knott Co.] Selon la légende familiale, Elias et sa femme allaient de Hindman à Lott's Creek et s'arrêtèrent à la maison d'une Mme Cornett et pendant qu'il était là, des soldats sont passés, l'ont capturé et l'ont emmené avec sa femme à l'extérieur. Quelques minutes plus tard, les autres ont entendu des coups de feu et lorsque les soldats sont partis, ils l'ont trouvé, lui et sa femme, pendus à un arbre. Ils ont été enterrés à proximité sur Big Branch of Troublesome, Knott Co., sous un vieux pommier.
[http://ftp.rootsweb.com/pub/usgenweb/ky/perry/court/j530-001.txt]

7 novembre 1864 :
25 guérilleros commandés par le lieutenant Jerry W. South, Jr., ont attaqué 20 membres de la milice d'État à Middle Fork de la rivière Kentucky, dans le comté de Breathitt. Après de violents combats, la milice a été contrainte de battre en retraite, ayant perdu un homme tué et six mortellement blessés.
Les hommes du Sud se sont alors dirigés vers le comté d'Owsley, ont fait un raid sur la ville de Proctor et ont dévalisé les magasins de marchandises d'une valeur de 5 000 dollars. Les citoyens étaient sans armes et incapables de se défendre. Les maraudeurs semblent se soucier plus de la bonne chair de cheval qu'autre chose, et les meilleurs animaux ont été confisqués par eux à chaque point visité.
Depuis le comté d'Owsley, ils ont déménagé dans le comté de Wolfe et ont attaqué Compton, le siège du comté. Les citoyens s'étaient renseignés sur leur démarche et étaient prêts à leur réserver un accueil chaleureux. Une petite escarmouche vive s'ensuivit, au cours de laquelle les hors-la-loi furent rapidement mis en déroute.
Le capitaine J. A. Stamper de la milice apprit les mouvements du Sud et, avec douze hommes à cheval, se mit à la poursuite de la bande. À Devil’s Creek dans le comté de Wolfe, il a eu une légère escarmouche avec eux et a forcé leur retraite. Le capitaine Stamper a ensuite balayé le pays et s'est retrouvé devant les maraudeurs à Holly Creek, dans le comté de Breathitt. Il chargea les hors-la-loi et les repoussa dans la confusion. Le lieutenant South a été fait prisonnier.
[Philadelphia Inquirer, article du 18 novembre 1864 réimprimé du Louisville Journal]

Novembre 1864 :
Après la capture du lieutenant South, un déserteur du camp de Caudill est arrivé à Irvine, KY, et a déclaré que l'avance du commandement du colonel rebelle, cinquante hommes, était arrivée dans le comté de Breathitt, et que la force principale suivait une courte distance derrière. Il n'y a pas de troupes fédérales dans cette partie de l'État, et la milice ne pouvait offrir qu'une faible résistance à une avance si formidable. Il est présumé que les rebelles sont entrés dans l'État pour obtenir des chevaux et des fournitures.
[Philadelphia Inquirer, article du 18 novembre 1864 réimprimé du Louisville Journal]

Fin 1864 :
Moses Cawood d'Owsley Co. tué sur ordre du colonel Andrew H. Clark, 47th KY Inf. [NOUS].
Lui ou des troupes sous son commandement sont venus à la plantation Cawood, située à l'embranchement sud de la rivière KY, à Fish Trap, à sept miles au nord de Booneville, KY, et l'ont exécuté, certains disent qu'il a été escorté de l'autre côté de la rivière depuis son domicile attaché à un arbre et abattu, et d'autres croient qu'il a été pendu, les deux versions ont été racontées. Certains ont dit qu'il avait été tué par des soldats de l'Union, et d'autres ont simplement dit qu'il s'agissait d'un groupe d'hommes.
[Winfred C. Tipton]

1865
Jehue Cody a servi comme soldat dans la compagnie L, 14th Kentucky Cavalry [US], pendant la guerre civile, et soit après sa libération, soit après être rentré chez lui en congé, il a été assassiné par une bande de hors-la-loi rebelles en maraude, à la maison de son frère, Thomas, sur Mace's Creek, Perry Co. en 1865.
[http://www.combs-families.org/combs/jhc/jhc-081.htm]

2 janvier 1865 :
Le capitaine Combs, le capitaine Hays et le lieutenant. John L. Noble, un frère de mon père et qui avait vécu dans les États du Missouri et de l'Indiana, marcha vers le Grapevine et Jefferson Sizemore. capturé Joel Duff et plusieurs autres et a tiré sur Joel dans la maison de son père et l'a laissé mort. Ils ont remonté la fourche nord de la rivière Kentucky jusqu'à Big Creek, dans le comté de Perry. Ils ont tué un homme du nom de Fugate [Martin Fugate, voir le 3 janvier 1865] et sont revenus.
[G. W. Noble, p. 65]
Remarque : Henry, le frère de Joel Duff, était le mari de la sœur du capitaine Bill Strong, Mahala.
Capitaine Combs = pas clair quant à l'identité du Capitaine Anderson Hays, Co. C, 13th KY Cav [CS].
John L. Noble n'était pas un soldat enrôlé à l'époque. Il a auparavant servi comme 1er lieutenant dans la Co. G, 13e KY Cavalry [CS]. Il était en état d'arrestation le 1er juin 1863 et par la suite caissier de l'armée CS pour avoir volé de l'argent.
[Relevés de service compilés de la 13e cavalerie KY]

3 janvier 1865 :
Sgt. Martin Fugate, le caporal Thomas Hoskins et le Pvt. William Millam (tous les trois hommes membres de Co. C, Three Forks Battalion), ainsi que Layne Fields [Co. M, 14th KY Cavalry (US)] sont pris en embuscade à la maison de Fugate sur Little Willard Creek à Perry Co., près de Typo (de l'autre côté de la colline de Second Creek et Butterfly), par des raiders confédérés sous John L. Noble de Lost Creek, Breathitt Les hommes de Co. Noble tuent Fugate, Layne et Millam et laissent Hoskins pour mort, qui survit à l'attaque et s'échappe.
[Raid sur Willard Creek, comté de Perry, par Carlos Brock]
Remarque : John L. Noble n'était pas un soldat enrôlé au moment de l'embuscade. Il a auparavant servi comme 1er lieutenant dans la Co. G, 13e KY Cavalry [CS]. Il a été en état d'arrestation le 1er juin 1863 et par la suite caissier de l'armée CS pour avoir volé de l'argent.
[Relevés de service compilés de la 13e cavalerie KY]

7 janvier 1865 :
Robert Pleasant Davis et Andrew Jackson South tués par les hommes du capitaine Bill Strong, 14th KY Cavalry [US], à la maison de Davis, sur la fourche sud de Quicksand, Breathitt Co. KY.
[G. W. Noble, p. 62]
Remarque : Selon les rumeurs, Andrew Jackson South appartenait à l'armée CS, mais aucun document n'a été trouvé pour étayer cette hypothèse. Son frère, le lieutenant Jeremiah Weldon South, Co., 5th KY Inf. [CS, Orphans] a été tué par les hommes de Strong le 7 février 1864 voir ci-dessus]. South et Davis ont été répertoriés comme des victimes civiles dans le Hebdomadaire Kentucky Yeoman , Frankfort, KY, 7 janvier 1879.


7 février 1865 :
Ambrose Hollon, 52 ans, est tué par les Home Guards à Breathitt Co.
[Lettre du Weekly Kentucky Yeoman, Frankfort, Kentucky, 7 janvier 1879]

Mars 1865 :
Fayette Bentley est abattue par le capitaine Ephraim Ratliff, dans sa maison de Beef Hide Creek, devant sa femme et ses enfants.
[Harry M. Caudill, La Montagne, Le Mineur et le Seigneur, pp. 67-71]
Bentley était un soldat, Co. D, 13th KY Cavalry.
[RSE/AGR]

14 juillet 1865 :
Le major E. B. Treadway, commandant du bataillon de Three Forks, écrit au gouverneur du Kentucky Bramlett, suggérant que trois de ses huit compagnies soient conservées pendant deux ou trois mois supplémentaires. Treadway a écrit que « Nous n'avons pas encore établi de tribunaux civils ni même encore réprimé toutes les guérillas dans les comtés de Harlan, Perry, Breathitt, Letcher, etc. Il y aurait trois bandes de guérilleros dans ces comtés sous le commandement de « Smith », « Osbern » et Dan « Jones ».
[Holly Fee-Timm]


Après la fin de la guerre : juillet/août 1865
Le capitaine Blankenship et ses hommes avaient assassiné Drewery Quinn, mon beau-frère David Richison, Emery Allen, Irvine Allen et John Allen à l'embouchure de Drowning Creek, dans le comté d'Estill, après la paix.
[G. W. Noble, p. 74]

Événements non datés exactement - Après août 1862/1864
William Smith était chez lui en permission à Breathitt Co. lorsque des soldats sont arrivés et ont fait un raid sur la ferme. Ils l'ont soi-disant emmené derrière la grange et l'ont exécuté. Ils en ont tellement pris qu'il n'y avait plus rien à manger. Plus tard, Nancy Jane Hounshell, sa femme, s'est remariée avec un Hugh Johnson Turner.
[Belinda C. Allender]
Bill [Smith], un soldat confédéré, a été tué à l'embouchure de Ball Creek par des guérilleros alors qu'il était chez lui en congé.
[HISTOIRE DU COMTÉ DE PERRY, KENTUCKY HAZARD CHAPITRE DAR, 1953 Compilé par Eunice Tolbert Johnson]
Remarque : William Smith était le neveu de Zachariah "Ball Creek Zack" Fugate.

Colson Duff et sa femme Elizabeth (Gilbert) possédaient une grande parcelle de terrain sur Grapevine Creek, North Fk. Rivière KY, comté de Perry - 1 500 acres. Pendant la guerre civile, un groupe d'hommes est venu chez lui et l'a cambriolé. Il s'est échappé dans le comté d'Owsley, a construit une ferme et y a vécu jusqu'à sa mort le 18 mars 1911.
[http://www.dragg.net/sbrown/Caedmons%20Gilbert%20Family.htm]

Levi Eldridge vivait à environ trois milles de Blackey, dans le comté de Letcher, dans le Kentucky, à Rockhouse Creek, près de l'embouchure de Perkins Branch. Il était agriculteur et possédait un moulin à farine. Il possédait toutes les terres à l'intérieur et autour de l'école Letcher. Levi a été abattu par des guérilleros pendant la guerre civile et laissé pour mort. Il s'est rétabli et a déménagé à Morehead, dans le comté de Rowan, dans le Kentucky, où il est décédé quelques années plus tard. Quand il a quitté Rockhouse, toutes ses propriétés foncières ont été vendues pour des impôts, le laissant sans le sou. Après la mort de Levi, Easter est retourné dans le comté de Letcher, vivant à Roxana, KY. Son fils John C. Eldridge a servi comme Pvt. dans Co. F, 5th KY Inf. [CS].
[http://www.angelfire.com/ky2/tturner/william.html]

John Maggard, fils d'Henry Maggard, tué par des bushwhackers sur Cowan Creek. Il a eu 8 enfants. (Son père Henry Maggard, beau-frère de Gilbert Creech, a été tué par des bushwhackers pendant la guerre de Sécession, près de son domicile à Letcher Co. [voir oct. 1862]).
[Phyllis Reynolds Goelz]

La maison de William Landsaw Hurst à Jackson, Breathitt Co. est incendiée par le commandement du capitaine Pete' Everett. "Je ne suis pas retourné à Breathitt pour vivre après le début de la guerre. Pete Everett a brûlé ma maison où se trouve maintenant l'hôtel Haddix, et j'ai décidé de ne pas réessayer Jackson. J'ai eu des expériences difficiles pendant que j'y vivais et je n'ai pas souhaité pour les renouveler."
[William L. Hurst, Journal de John Jay Dickey]
http://www.rootsweb.com/

Les guérilleros détruisent toute la propriété d'Elisha Bowman Treadway [7th KY Inf. [US]] [avant septembre 1864 ?] laissant sa femme et ses trois enfants dans le dénuement. A sa démission du 7th KY Inf. et à son retour chez lui, Treadway lève le Three Forks Battalion [US], qu'il commande avec le grade de Major.
[Quand ils ont pendu le violoneux, par Jess Wilson, pp. 75/76]

Autres victimes (Breathitt Co.)
Alex Overbee, John Pence, Lance Woods, John Chaney, John South, Wm. Sud, David Little, Pat Hounshell, John C. Little, Reuben Angel, Wm. Taulbee, Wayne Taulbee et James Barnett. "Tous ceux-ci étaient des citoyens privés lorsqu'ils ont été tués."
[Lettre du journal Weekly Kentucky Yeoman de Frankfort, Kentucky, datée du 7 janvier 1879]

List of site sources >>>


Voir la vidéo: Will Smith. Biography. Born in 1970, Fresh Prince in 1990 to Action Star u0026 A-List Celeb in 2020 (Janvier 2022).