Podcasts sur l'histoire

Destroyer Evolution 1953-1962

Destroyer Evolution 1953-1962

Destroyers américains : une histoire de conception illustrée, Norman Friedmann. L'histoire standard du développement des destroyers américains, des premiers destroyers torpilleurs à la flotte d'après-guerre, et couvrant les classes massives de destroyers construits pour les deux guerres mondiales. Donne au lecteur une bonne compréhension des débats qui ont entouré chaque classe de destroyer et ont conduit à leurs caractéristiques individuelles.


Fidel Castro

Le dirigeant cubain Fidel Castro (1926-2016) a établi le premier État communiste de l'hémisphère occidental après avoir dirigé le renversement de la dictature militaire de Fulgencio Batista en 1959. Il a régné sur Cuba pendant près de cinq décennies, jusqu'à céder le pouvoir à son jeune frère Ra& #xFAl en 2008. 

Le régime de Castro a réussi à réduire l'analphabétisme, à éradiquer le racisme et à améliorer les soins de santé publics, mais a été largement critiqué pour avoir étouffé les libertés économiques et politiques. Castro&# x2019s Cuba avait également une relation très antagoniste avec les États-Unis&# x2013, ce qui a notamment entraîné l'invasion de la baie des Cochons et la crise des missiles de Cuba. Les deux pays ont officiellement normalisé leurs relations en juillet 2015, mettant fin à un embargo commercial en vigueur depuis 1960, lorsque les entreprises américaines à Cuba ont été nationalisées sans compensation. Castro est décédé le 25 novembre 2016, à 90 ans.


Contenu

Une République Venator-classe Star Destroyer

Pendant la Guerre des Clones, la Marine de la République Galactique a déployé une flotte de VenatorDestroyers stellaires de classe. Les Venator-classe a participé à de nombreuses batailles contre la marine confédérée, y compris la bataille de Coruscant. Suite à la transformation de la République en Empire Galactique, les Destroyers Stellaires de la République ont été incorporés dans la nouvelle Marine Impériale. Γ] En plus du Venator et Impérial-classe Star Destroyers, d'autres modèles connus en service impérial comprenaient le La victoire et SécuteurDestroyers stellaires de classe. Δ]

Pendant la rébellion et la guerre civile galactique, les destroyers stellaires impériaux ont pris part à de nombreux engagements contre les différentes forces rebelles qui ont finalement fusionné dans l'Alliance pour restaurer la République. Les destroyers stellaires Ε] Ζ] ont été déployés lors de la mission secrète sur Tatooine, la Η] Bataille de Hoth, ⎖] et ​​la bataille d'Endor. ⎗]

ImpérialLes destroyers stellaires de classe - étaient l'épine dorsale de la marine impériale.

À la suite des événements d'Endor, le gouvernement successeur de l'Alliance rebelle, la Nouvelle République, a capturé et détruit de nombreux Star Destroyers dans plusieurs combats, notamment la bataille de Theed, la rébellion sur Akiva, la bataille de Kuat. Drive Yards et la libération de Kashyyyk. En 5 ABY, le Grand Amiral Rae Sloane estimait que 75 % des destroyers stellaires impériaux avant Endor avaient été soit détruits, capturés ou perdus de « manières confirmables si curieuses ». En parcourant les archives du Hall of Imperial Register sur Coruscant, Sloane a découvert que les 25% restants avaient mystérieusement disparu et que leur prétendue destruction avait été falsifiée. ⎚]

Plus tard, Sloane apprit que l'amiral de la flotte Gallius Rax commandait secrètement des flottes impériales dans l'Almageste, la nébuleuse de Recluse, la nébuleuse de Queluhan, le triangle Ro-Loo et l'Inamorata. Ces flottes se composaient de centaines de Star Destroyers et de milliers de petits navires. Après l'attaque de Chandrila, Rax ordonna aux flottes impériales de se rassembler au-dessus de la planète Jakku. De nombreux destroyers stellaires, dont le vaisseau du capitaine Ciena Ree Infligeant, a vu l'action lors de la bataille de Jakku, la bataille cataclysmique qui a mis fin à la guerre civile galactique en faveur de la Nouvelle République. ⎜]

La coque dorsale du Finaliseur

Trente ans après la bataille d'Endor, la surface aride de Jakku était toujours jonchée d'épaves d'innombrables Star Destroyers. Ces vaisseaux abandonnés étaient régulièrement ciblés par des charognards tels que Rey. Le Premier Ordre, un vestige de l'Ancien Empire, était également connu pour utiliser des Star Destroyers dans le cadre de sa flotte, comme le Premier Ordre. Renaissant-classe Star Destroyers, qui ont été inspirés par la conception en forme de dague des vaisseaux de l'Ancien Empire. ⎟]


La guerre froide : l'âge atomique

La stratégie de confinement a également fourni la justification d'une accumulation d'armes sans précédent aux États-Unis. En 1950, un rapport du Conseil de sécurité nationale connu sous le nom de NSC&# x201368 avait fait écho à la recommandation de Truman&# x2019 que le pays utilise la force militaire pour contenir l'expansionnisme communiste partout où il semble se produire. À cette fin, le rapport a appelé à une multiplication par quatre des dépenses de défense.

En particulier, les responsables américains ont encouragé le développement d'armes atomiques comme celles qui avaient mis fin à la Seconde Guerre mondiale. C'est ainsi qu'a commencé une course meurtrière de « Carms ». En 1949, les Soviétiques ont testé leur propre bombe atomique. En réponse, le président Truman a annoncé que les États-Unis construiraient une arme atomique encore plus destructrice : la bombe à hydrogène, ou "superbombe". Staline a emboîté le pas.

En conséquence, les enjeux de la guerre froide étaient dangereusement élevés. Le premier essai de bombe H, dans l'atoll d'Eniwetok dans les îles Marshall, a montré à quel point l'ère nucléaire pouvait être redoutable. Il a créé une boule de feu de 25 milles carrés qui a vaporisé une île, a fait un énorme trou dans le fond de l'océan et a eu le pouvoir de détruire la moitié de Manhattan. Des tests américains et soviétiques ultérieurs ont craché des déchets radioactifs dans l'atmosphère.

La menace toujours présente d'annihilation nucléaire a également eu un grand impact sur la vie domestique américaine. Les gens ont construit des abris anti-bombes dans leurs arrière-cours. Ils ont pratiqué des exercices d'attaque dans des écoles et d'autres lieux publics. Les années 1950 et 1960 ont vu une épidémie de films populaires qui ont horrifié les cinéphiles avec des représentations de dévastation nucléaire et de créatures mutantes. De ces manières et d'autres, la guerre froide était une présence constante dans la vie quotidienne des Américains.


La découverte de la double hélice, 1951-1953

La découverte en 1953 de la double hélice, la structure en échelle torsadée de l'acide désoxyribonucléique (ADN), par James Watson et Francis Crick a marqué une étape importante dans l'histoire de la science et a donné naissance à la biologie moléculaire moderne, qui s'intéresse en grande partie à comprendre comment les gènes contrôlent les processus chimiques au sein des cellules. En peu de temps, leur découverte a donné des informations révolutionnaires sur le code génétique et la synthèse des protéines. Au cours des années 1970 et 1980, il a aidé à produire des techniques scientifiques nouvelles et puissantes, en particulier la recherche sur l'ADN recombinant, le génie génétique, le séquençage rapide des gènes et les anticorps monoclonaux, techniques sur lesquelles est fondée l'industrie biotechnologique d'aujourd'hui, qui se chiffre à plusieurs milliards de dollars. Les principales avancées scientifiques actuelles, à savoir les empreintes génétiques et la médecine légale moderne, la cartographie du génome humain et la promesse, encore non tenue, de la thérapie génique, ont toutes leurs origines dans les travaux inspirés de Watson et Crick. La double hélice n'a pas seulement remodelé la biologie, elle est devenue une icône culturelle, représentée dans la sculpture, les arts visuels, les bijoux et les jouets.

Les chercheurs travaillant sur l'ADN au début des années 1950 utilisaient le terme « gène » pour désigner la plus petite unité d'information génétique, mais ils ne savaient pas à quoi ressemblait réellement un gène structurellement et chimiquement, ni comment il était copié, avec très peu d'erreurs, génération après génération. . En 1944, Oswald Avery avait montré que l'ADN était le "principe transformateur", porteur d'informations héréditaires, chez les bactéries pneumococciques. Néanmoins, de nombreux scientifiques ont continué à croire que l'ADN avait une structure trop uniforme et simple pour stocker des informations génétiques permettant de créer des organismes vivants complexes. Le matériel génétique, ont-ils expliqué, doit être constitué de protéines, des molécules beaucoup plus diverses et complexes connues pour remplir une multitude de fonctions biologiques dans la cellule.

Crick et Watson ont reconnu, à un stade précoce de leur carrière, que l'acquisition d'une connaissance détaillée de la configuration tridimensionnelle du gène était le problème central de la biologie moléculaire. Sans une telle connaissance, l'hérédité et la reproduction ne pourraient pas être comprises. Ils se sont emparés de ce problème dès leur toute première rencontre, à l'été 1951, et l'ont poursuivi avec une concentration résolue au cours des dix-huit mois suivants. Cela impliquait d'assumer la tâche intellectuelle ardue de s'immerger dans tous les domaines scientifiques concernés : génétique, biochimie, chimie, chimie physique et cristallographie aux rayons X. S'appuyant sur les résultats expérimentaux des autres (ils n'ont mené aucune expérience sur l'ADN), tirant parti de leurs connaissances scientifiques complémentaires en physique et cristallographie aux rayons X (Crick) et en génétique virale et bactérienne (Watson), et s'appuyant sur leur brillante intuition , la persistance et la chance, les deux ont montré que l'ADN avait une structure suffisamment complexe et pourtant suffisamment simple pour être la molécule maîtresse de la vie.

D'autres chercheurs avaient fait des découvertes importantes mais apparemment sans lien sur la composition de l'ADN. Il incombait à Watson et Crick d'unifier ces découvertes disparates en une théorie cohérente du transfert génétique. Le chimiste organique Alexander Todd avait déterminé que le squelette de la molécule d'ADN contenait des groupes de sucres phosphate et désoxyribose répétés. Le biochimiste Erwin Chargaff avait découvert que si la quantité d'ADN et de ses quatre types de bases - les bases puriques adénine (A) et guanine (G), et les bases pyrimidiques cytosine (C) et thymine (T) - variaient largement d'une espèce à l'autre, A et T apparaissaient toujours dans des rapports de un à un, tout comme G et C. Maurice Wilkins et Rosalind Franklin avaient obtenu des images radiographiques à haute résolution de fibres d'ADN qui suggéraient un tire-bouchon hélicoïdal. comme la forme. Linus Pauling, alors premier physicien-chimiste au monde, avait récemment découvert l'hélice alpha simple brin, la structure présente dans de nombreuses protéines, incitant les biologistes à penser à des formes hélicoïdales. De plus, il avait été le pionnier de la méthode de construction de modèles en chimie par laquelle Watson et Crick devaient découvrir la structure de l'ADN. En effet, Crick et Watson craignaient d'être éclipsés par Pauling, qui proposa son propre modèle d'ADN en février 1953, bien que sa structure hélicoïdale à trois brins se révéla rapidement erronée.

Le moment était donc venu pour leur découverte. Après plusieurs tentatives infructueuses de construction de modèles, y compris leur propre version malheureuse à trois brins et une dans laquelle les bases étaient appariées comme avec des similaires (adénine avec adénine, etc.), ils ont réalisé leur percée. Jerry Donohue, un physicien chimiste en visite des États-Unis qui a partagé le bureau de Watson et Crick pour l'année, a souligné que la configuration des anneaux de carbone, d'azote, d'hydrogène et d'oxygène (les éléments des quatre bases) dans la thymine et la guanine donnée dans la plupart des manuels de chimie était incorrecte. Le 28 février 1953, Watson, agissant sur les conseils de Donohue, a mis les deux bases dans leur forme correcte dans des modèles en carton en déplaçant un atome d'hydrogène d'une position où il s'est lié à l'oxygène à une position voisine où il s'est lié à l'azote. En se déplaçant autour des découpes en carton des molécules précises sur sa table de bureau, Watson s'est rendu compte dans un coup d'inspiration que A, lorsqu'il était joint à T, ressemblait presque à une combinaison de C et G, et que chaque paire pouvait tenir ensemble en formant des liaisons hydrogène. Si A était toujours associé à T, et de même C à G, alors non seulement les règles de Chargaff (que dans l'ADN, la quantité de A est égale à celle de T et C celle de G) étaient prises en compte, mais les paires pourraient être parfaitement monté entre les deux squelettes hélicoïdaux sucre-phosphate de l'ADN, les rails extérieurs de l'échelle. Les bases connectées aux deux épines dorsales à angle droit tandis que les épines dorsales conservaient leur forme régulière lorsqu'elles s'enroulaient autour d'un axe commun, qui étaient toutes des caractéristiques structurelles exigées par les preuves aux rayons X. De même, l'appariement complémentaire des bases était compatible avec le fait, également établi par le diagramme de diffraction des rayons X, que les squelettes couraient en sens inverse l'un de l'autre, l'un vers le haut, l'autre vers le bas.

Watson et Crick ont ​​publié leurs découvertes dans un article d'une page, avec le titre sobre "A Structure for Deoxyribose Nucleic Acid" dans l'hebdomadaire scientifique britannique. La nature le 25 avril 1953, illustré d'un dessin schématique de la double hélice par la femme de Crick, Odile. Un tirage au sort a décidé de l'ordre dans lequel ils ont été nommés en tant qu'auteurs. La plus importante parmi les « nouvelles caractéristiques » d'« intérêt biologique considérable » qu'ils ont décrit était l'appariement des bases à l'intérieur des deux squelettes d'ADN : A=T et C=G. La règle d'appariement suggérait immédiatement un mécanisme de copie de l'ADN : étant donné la séquence des bases d'un brin, celle de l'autre était automatiquement déterminée, ce qui signifiait que lorsque les deux chaînes se séparaient, chacune servait de matrice à une nouvelle chaîne complémentaire. Watson et Crick ont ​​développé leurs idées sur la réplication génétique dans un deuxième article de La nature, publié le 30 mai 1953.

Les deux avaient montré que dans l'ADN, la forme est la fonction : la molécule double brin pouvait à la fois produire des copies exactes d'elle-même et porter des instructions génétiques. Au cours des années suivantes, Crick a développé les implications du modèle à double hélice, avançant l'hypothèse, alors révolutionnaire mais largement acceptée depuis, que la séquence des bases dans l'ADN forme un code par lequel l'information génétique peut être stockée et transmise.

Bien que reconnu aujourd'hui comme l'un des articles scientifiques fondateurs du vingtième siècle, l'article original de Watson et Crick dans La nature n'était pas fréquemment cité au début. Sa véritable signification n'est devenue apparente et sa circulation s'est élargie que vers la fin des années 1950, lorsque la structure de l'ADN qu'ils avaient proposée s'est avérée fournir un mécanisme de contrôle de la synthèse des protéines, et lorsque leurs conclusions ont été confirmées en laboratoire par Matthew Meselson. , Arthur Kornberg, et d'autres.

Crick lui-même a immédiatement compris la signification de sa découverte et de celle de Watson. Comme Watson l'a rappelé, après leur percée conceptuelle le 28 février 1953, Crick a déclaré aux clients du déjeuner réunis à The Eagle qu'ils avaient " trouvé le secret de la vie ". Crick lui-même n'avait aucun souvenir d'une telle annonce, mais se souvenait d'avoir dit à sa femme ce soir-là « que nous semblions avoir fait une grande découverte ». Il a révélé que « des années plus tard, elle m'a dit qu'elle n'en avait pas cru un mot ». alors naturellement je n'y ai pas pensé."

Les comptes rendus rétrospectifs de la découverte de la structure de l'ADN ont continué à susciter une certaine controverse. Crick était furieux de la représentation de Watson de leur collaboration dans La double hélice (1968), fustigeant le livre comme une trahison de leur amitié, une intrusion dans sa vie privée et une distorsion de ses motivations. Il a mené une campagne infructueuse pour empêcher sa publication. Il finit par se réconcilier avec le best-seller de Watson, concluant que s'il présentait un portrait défavorable d'un scientifique, c'était de Watson, pas de lui-même.

Une controverse plus durable a été générée par l'utilisation par Watson et Crick des preuves cristallographiques de Rosalind Franklin de la structure de l'ADN, qui leur a été montrée, à son insu, par son ex-collègue, Maurice Wilkins, et par Max Perutz. Son témoignage a démontré que les deux squelettes sucre-phosphate se trouvaient à l'extérieur de la molécule, a confirmé la conjecture de Watson et Crick selon laquelle les squelettes formaient une double hélice et a révélé à Crick qu'ils étaient antiparallèles. Le superbe travail expérimental de Franklin s'est donc avéré crucial dans la découverte de Watson et Crick. Pourtant, ils lui ont donné peu de reconnaissance. Même ainsi, Franklin n'avait aucun ressentiment à leur égard. Elle avait présenté ses conclusions lors d'un séminaire public auquel elle les avait invités. Elle a rapidement quitté la recherche sur l'ADN pour étudier le virus de la mosaïque du tabac. Elle s'est liée d'amitié avec Watson et Crick et a passé sa dernière période de rémission d'un cancer de l'ovaire dans la maison de Crick (Franklin est décédé en 1958). Crick croyait que lui et Watson avaient utilisé son témoignage de manière appropriée, tout en admettant que leur attitude condescendante envers elle, si apparente dans La double hélice, reflétait les conventions contemporaines du genre en science.


Tenues de football historiques

Chelsea a rejoint la Ligue avant d'avoir joué un seul match - un exploit qu'ils partagent avec Bradford City. Le club voit le jour sous l'impulsion d'un constructeur, Gus Mears et de son frère qui acquièrent le site du Stamford Bridge Athletic Ground et un jardin maraîcher voisin en vue de la construction d'un stade de football. Le plan resta en jachère pendant un certain temps jusqu'à ce que la Great Western Railway Company s'adresse aux frères pour acheter le terrain pour les gares de triage. Plutôt que de vendre leur actif, les frères Mears ont levé l'argent dont ils avaient besoin pour construire le deuxième plus grand stade d'Angleterre après Crystal Palace et l'ont appelé Stamford Bridge. Lorsque le Fulham FC a décliné l'invitation à emménager parce que le loyer annuel de 1 500 £ était trop élevé, les frères ont simplement décidé de créer leur propre club, le Chelsea FC. Après qu'une approche pour rejoindre la Ligue du Sud ait été rejetée à la suite des objections des Spurs et de Fulham, Chelsea a demandé avec succès de rejoindre la deuxième division de la Ligue de football.

Initialement, Chelsea a joué dans les couleurs de course associées au comte de Cadogan, qui était le président du club et détenait également le titre de vicomte Chelsea. Weatherby's Ltd, qui conserve des archives historiques sur les soies de course, a confirmé à HFK que ces couleurs étaient le bleu Eton et le blanc. Les historiens du club ont suggéré plusieurs dates pour le passage au bleu royal, mais la première référence, un programme de match trouvé par Nik Yeomans (avril 2019) indique que Chelsea portait "bleu et blanc" contre Lincoln City le 13 octobre 1906.

Le club a été surnommé "The Pensioners" en raison de l'association avec les anciens combattants dans leurs célèbres uniformes rouges connus sous le nom de Chelsea Pensioners, qui se reflétaient dans leur écusson officiel. Cela n'est jamais apparu sur les maillots de l'équipe.

Après avoir terminé troisième lors de sa première saison, Chelsea a été promu en Division One pour la première fois en 1907, sa deuxième saison. Ils ont fait peu d'impression, cependant, et ont passé la plupart des années vingt en Division Two. Le club a flirté avec le succès mais n'a jamais réalisé son potentiel. Le club a toujours bénéficié du patronage de supporters célèbres en raison de son emplacement à la mode et de sa proximité avec le West End. De nombreux joueurs vedettes ont honoré l'équipe dans les années d'entre-deux-guerres, mais néanmoins, ils sont devenus une blague de music-hall avec la réputation d'être la « presque équipe » proverbiale.

En 1930, un look a été créé qui est devenu le modèle pour les 25 années suivantes, composé de chemises bleu royal avec des cols de style rugby contrastés, des culottes blanches, des bas noirs avec des revers bleus et blancs. Des chaussettes cerclées qui semblent être bleu clair et blanches ont été portées lors d'un match de pré-saison rouge contre bleu en 1934 et à nouveau lors de matchs à domicile contre les Spurs (15 septembre 1934) et Stoke (octobre) et on ne sait pas pourquoi.

En 1952, Ted Drake a pris la relève en tant que directeur et il a remplacé l'écusson du retraité par un monogramme plus commercial sur un bouclier. Ce badge n'est jamais apparu sur les maillots de l'équipe. L'équipe professionnelle de Drake a brisé le moule lorsque Chelsea a remporté le championnat de la Ligue pour la première fois en 1955.

En 1960, Chelsea a ajouté un écusson à ses maillots pour la première fois. Inspiré des armoiries civiques du London Borough of Chelsea, il portait un lion rampant dérivé des armoiries du premier président du club, le comte de Cadogan.

En 1961, Chelsea a été relégué en division 2 mais a rebondi la saison suivante pour se lancer dans sa période la plus réussie à ce jour. En mars 1964, l'équipe a joué en short bleu assorti à son maillot et à ses chaussettes blanches. Il existe des preuves qu'une version antérieure a été élaborée en 1962 mais rejetée comme étant un changement trop radical à l'époque. Chelsea était d'ailleurs la première équipe à jouer en Division One avec des numéros sur leur short.

Le nouveau look a évolué avec grâce au début de la saison 1964-65 avec des garnitures blanches ajoutées progressivement et un nouveau chiffre qui a remplacé l'ancien écusson de Cadogan, qui avait été retiré en 1963.

Le motif du lion a été relancé en 1967 et est resté depuis la pièce maîtresse de l'écusson du club.

Tout au long des années 60, Chelsea est monté haut dans la Ligue et a commencé à collecter des trophées de coupe : la Coupe de la Ligue en 1965 a été suivie par la FA Cup (1970) et la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe (1971). Au cours de la saison 1970-71, une petite image de la FA Cup a été brodée à côté de l'écusson tandis qu'à partir de la saison 1971-72, deux étoiles ont été ajoutées pour représenter ces deux dernières victoires en coupe célèbres.

Nik Yeomans a découvert que Chelsea portait un short blanc et des chaussettes noires avec des revers bleus et blancs à Stoke, Leeds et West Ham en 1973-74. La même bande a été portée la saison suivante lors de deux rencontres de Coupe de la Ligue contre Stoke. D'autres recherches menées par Nik ont ​​révélé ces notes de programme de février 1974 : La raison pour laquelle nous portions des shorts blancs. à Leeds samedi dernier était . un choc de bas ! Parce que Leeds porte des bas blancs, nous sommes passés au noir (avec un haut coloré) et comme on sentait qu'une bande de chemises bleues, de chaussettes bleues et de bas noirs semblerait trop sombre, nous avons opté pour un short blanc. Plus tard cette saison-là, des chaussettes jaunes ont été portées en cas d'affrontement.

En 1975, Chelsea a été relégué en Division 2 et bien qu'ils soient revenus quatre saisons plus tard, en 1979, ils ont de nouveau chuté. Après avoir langui dans la division 2 pendant cinq saisons, Chelsea a été promu champion en 1984. Après deux saisons prometteuses, ils ont perdu une fois de plus mais ont remporté le championnat de deuxième division la saison suivante et sont restés dans l'élite depuis.

Au milieu des années 80, le conseil d'administration a décidé de mettre à jour son image et un nouvel écusson a été conçu avec un lion sautant par-dessus les lettres CFC. Cela est apparu sous diverses formes avec le lion rendu en blanc, rouge ou jaune pour correspondre à la couleur d'accent pour cette saison.

En 1986-87, Chelsea est devenu le premier club à commercialiser des strips sous son propre nom, la Chelsea Collection. Au début, ils étaient sans sponsor avant Bai Lin Tea, une aide minceur créée par Peter Foster brièvement apparue au début de 1987. Le produit s'est avéré être un faux et le logo a rapidement été supprimé : Foster, un criminel de carrière et escroc, a été arrêté et emprisonné. . Les chemises ont été brièvement sponsorisées par Grange Farm, la propriété du président Ken Bates qui aimait raconter des hacks assemblés, "Je pars pour ma ferme de 300 acres. Vous pouvez beaucoup vous enfouir dans vos maisons de conseil. » Il semble qu'un logo n'ait été appliqué que pour changer de chemise. La société italienne de vêtements de sport, Simod, a pris le relais en tant que sponsor en février 1987. Leur type de logo est apparu en or pour le premier match, puis en blanc.

En 1994, Chelsea a de nouveau atteint la finale de la FA Cup mais a perdu lourdement contre Manchester United. Chelsea a remporté la FA Cup en 1997, la League Cup en 1998 et la FA Cup à nouveau en 2000. Les performances de la ligue se sont également améliorées grâce à une succession de managers de haut niveau recrutant de grandes stars étrangères sous la direction déterminée et controversée de Ken Bates, qui a acheté le club au début de la décennie.

En 2003, le président de longue date et controversé de Chelsea, Ken Bates, a vendu le club à Roman Abramovich, un oligarque russe réputé pour une valeur allant jusqu'à 3,8 milliards de livres sterling. Bien que les origines de la richesse d'Abramovich puissent être obscures, ses intentions ne faisaient aucun doute car au cours des années suivantes, il a versé d'énormes sommes d'argent dans le club pour lui permettre de recruter certains des meilleurs joueurs du monde. En effet, à une époque où le marché mondial des transferts était en récession, les millions d'Abramovich ont résisté à la tendance, propulsant la blague du music-hall dans l'élite du football européen. Après la nomination du charismatique manager portugais Jose Mourinho, Chelsea a remporté le premier des titres consécutifs de Premier League en 2005, exactement 50 ans après son premier titre de champion, suivi de la FA Cup en 2007.

Après ce premier titre de Premier League, un nouvel écusson a été conçu pour la saison 2005-06. Basé sur le design de 1960, il a été introduit pour le centenaire du club. Quelques variations mineures dans l'arrangement des couleurs sont apparues comme en 2012-13.

En septembre suivant, après des histoires persistantes dans les médias concernant la relation de Mourinho avec Abramovich, le "Special One" est parti et sa place a été prise par Avram Grant, le directeur du football de l'Association israélienne de football. Lors de sa première saison en charge, Grant a dirigé son équipe coûteuse (il a été rapporté que l'investissement d'Abramovich s'élevait à environ 750 millions de livres sterling en prêts sans intérêt) à un as de remporter un fabuleux doublé. Ils ont terminé deuxièmes de Manchester United après être entrés dans le dernier tour des matches de Premier League au niveau des points. Dix jours plus tard, Chelsea et United s'affrontaient à nouveau en finale de l'UEFA Champions League, United s'imposant finalement aux tirs au but. Ces résultats ont coûté son poste à Grant et il a été remplacé par Luiz Felipe Scolari. Scolari a lui-même été limogé au milieu de la saison 2008-09 et remplacé par Guus Hiddink pour le reste de la saison.

Carlo Ancelotti a pris le relais au début de la saison 2009-10 et a amené Chelsea à un doublé historique. Cependant, la deuxième place en 2011 n'était pas suffisante et M. Abramovich lui a également remis ses cartes, tout comme son successeur, Andre Villas-Boas. C'est à leur manager par intérim, Roberto di Matteo, qui a pris la relève en mars 2012, de mener Chelsea à sa septième victoire en FA Cup et à un titre historique en UEFA Champions League, remporté aux tirs au but à Munich contre le Bayern Munich.

Rafael Benitez a succédé à di Matteo mais était impopulaire auprès des supporters et le club a annoncé que son contrat ne serait pas renouvelé à la fin de la saison. Malgré tout, il a mené Chelsea à la troisième place de la Premier League et à une victoire spectaculaire sur Benfica pour remporter le trophée de la Ligue Europa. Jose Mourinho est revenu à l'été 2013 en tant que manager et a mené le club au succès en Coupe de la Ligue en mars 2015, suivi deux mois plus tard par le titre de Premier League.

Après une mauvaise saison 2015-16, Chelsea a annoncé qu'il annulerait son accord avec Adidas six ans plus tôt (ce qui entraînerait des frais de résiliation de 54 millions de livres sterling) afin de conclure un accord plus lucratif ailleurs.

Antonio Conte a pris ses fonctions de manager en avril 2016 et a guidé Chelsea vers son sixième titre lors de sa première saison en charge.


Destroyer Evolution 1953-1962 - Histoire


Lorsque vous réfléchissez à l'histoire des sièges d'auto et regardez les dates auxquelles des avancées ont réellement eu lieu de la création à l'acceptation et de la réglementation à l'exigence légale d'utilisation, vous pouvez vous demander si c'est à cause des critiques que les choses ont pris si longtemps. .

Il semble toujours y avoir des critiques, surtout lorsque les innovations sont développées pour la première fois. Ont-ils remis en question le coût et la nécessité des sièges? Pensaient-ils que la voiture était sûre, alors pourquoi aurais-je besoin d'une protection supplémentaire pour mon enfant ? Plus tard dans l'histoire des sièges d'auto, se sont-ils dit, comme beaucoup d'entre nous, « bien j'ai survécu, mon enfant le fera aussi » ?

Quelle est l'histoire des sièges auto ?

Les gens ont conçu les premiers sièges d'auto simplement pour soulever l'enfant afin de lui permettre de regarder par la fenêtre et de garder l'enfant plus ou moins au même endroit dans la voiture.

À l'origine, les « sièges pour enfants » n'étaient rien de plus que des sacs en toile de jute avec un cordon de serrage qui pendait au-dessus de l'appuie-tête du siège passager. Plus tard en 1933, Bunny Bear Company a produit un siège qui était essentiellement un siège d'appoint. Le siège soutenait les passagers arrière afin que les parents puissent les surveiller. Dans les années 40, les fabricants ont lancé des sièges en toile sur un cadre en métal qui se fixaient au siège avant de la voiture afin que l'enfant puisse mieux voir le pare-brise, comme celui illustré ci-dessus.

Le manque apparent de sécurité n'est vraiment pas surprenant. Après tout, la sécurité des occupants n'était pas au top au début de l'automobile. Ce n'est qu'en 1959 qu'une ceinture de sécurité à 3 points (ceinture-baudrier) était même disponible dans les voitures.

Il a fallu environ 30 ans avant que les gens considèrent les sièges d'auto comme des dispositifs de sécurité possibles.

En 1962, deux messieurs ont conçu des sièges d'auto avec l'idée de sécurité à l'esprit. Le Britannique Jean Ames a conçu un siège orienté vers l'arrière doté d'une sangle en Y, similaire aux modèles d'aujourd'hui. Len Rivkin, un américain de Denver, a conçu un siège avec une structure en métal.

En 1968, les constructeurs automobiles se sont lancés dans le jeu avec les premiers sièges d'auto conçus pour la protection contre les collisions. Ford a développé le Tot-Guard et General Motors a développé le Love Seat pour les tout-petits, suivi rapidement par le GM Infant Love Seat (le premier dispositif de retenue orienté vers l'arrière). Puis vint le siège convertible Bobby Mac.

Il a fallu 9 ans entre l'innovation des sièges d'auto soucieux de la sécurité et le début des réglementations les concernant.

En 1971, la National Highway Traffic Safety Administration adopte les premières normes fédérales, FMVSS213. À l'époque, les exigences n'incluaient pas les essais de collision, mais exigeaient l'utilisation d'une ceinture de sécurité pour maintenir le siège d'auto dans le véhicule et d'un harnais pour maintenir l'enfant dans le siège d'auto.

Il a fallu 17 ans entre l'innovation et 8 ans entre les règlements préliminaires et la première loi de l'État.

1979 a vu la première loi sur les sièges d'auto pour enfants dans le Tennessee.

Il a fallu encore 6 ans pour que tous les États aient des lois.

Tous les États ont une loi en 1985. Mais même en 1987, seuls 80 % des enfants utilisent un siège auto.

Nous comprenons, l'innovation précède la réglementation. Après tout, les gens doivent inventer des produits avant que quiconque puisse établir des règles à leur sujet. Le gouvernement a besoin de temps pour créer un comité et des critères et en discuter et en discuter davantage et envoyer à d'autres personnes pour en discuter avant que quelque chose ne soit écrit, qui devra probablement être remis à quelqu'un d'autre pour en discuter et finalement à quelqu'un d'autre pour approuver. (C'est ce qu'il semble de toute façon.)

Les sièges d'auto étaient manifestement là quand j'étais enfant, pas que je me souvienne d'en avoir jamais eu un. J'ai passé une bonne partie de mon enfance à rouler à l'arrière d'une camionnette dans un coin lit/table sur mesure (la table s'est abaissée pour faire un coin lit, idéal pour le camping). Bien sûr, il n'y avait pas encore d'exigence légale, pas avant que je sois plus proche de l'âge de rappel.

Aujourd'hui dans l'histoire des sièges auto

Les experts, les fabricants et les législateurs continuent d'apporter des améliorations.

Les États ont régulièrement augmenté les exigences en matière de sièges d'auto, car les experts apprennent de meilleures façons de protéger les enfants dans la voiture. De nombreuses lois d'État sur les sièges d'auto exigent désormais que les enfants restent orientés vers l'arrière jusqu'à l'âge de deux ans. Beaucoup ont également mis en œuvre des lois pour assurer la sécurité des enfants plus âgés.

Téléchargez notre rapport : Erreurs courantes dans les sièges d'auto et comment les corriger

Les systèmes LATCH ont été introduits dans les véhicules. Un nouveau règlement fédéral oblige les constructeurs automobiles à inclure le système complet dans toutes les voitures d'ici l'année modèle 2003. Il s'agit d'ancrages inférieurs et de points d'ancrage supérieurs destinés à améliorer la facilité d'installation et la stabilité du siège en cas de collision.

Les sièges d'auto doivent répondre à des réglementations fédérales strictes en matière d'essais de collision, qui continuent également d'évoluer. Child restraints also come with expiration dates and safety recalls are taken seriously.

These days, parents do exhaustive research on car seat options. And many go the extra step of getting their car seats checked for proper installation by a Child Passenger Safety Technician —something unheard of even 25 years ago. (NHTSA, Safe Kids Worldwide and National Child Passenger Safety Board implemented the technician program in 1997.)

But even now we don’t have 100% usage.

Some crashes are unsurvivable. Recent years’ statistics show more than 57% of deaths for children 0-15 were because the child was unrestrained. If (and there’s really no question here) they are so wonderful for keeping our kids safe, why isn’t there 100% usage now and why did it take so long to even get this far? Is it because of critics? Was there some general sentiment that it’s not really needed? That it’s not really safer like all of us experts say?

Correct car seat usage is even lower as still about 75% of car seats are used incorrectly.

Done looking back at the history of car seats, what does the future hold?

Things continue to improve with new standards being developed and innovative new products, including the RideSafer Travel Vest.

And revolutionary products, like the Tummy Shield, are being developed to protect even younger children. Yes, younger, as in unborn babies. There is more to come in child passenger safety in a time of faster and faster technological developments for both car seats and vehicles. It’s exciting to see.

We want to know, have you ever questioned (even just once) the necessity of car seats? Share your comments below.

By Amie Durocher, Creative Director at Safe Ride 4 Kids and certified CPS Tech since 2004

Copyright 2018 Safe Ride 4 Kids. Tous les droits sont réservés. You may not publish, broadcast, rewrite or redistribute this material without permission. You are welcome to link to Safe Ride 4 Kids or share on social media.

We originally published this post in July 2015. We updated the article for accuracy and comprehensiveness.

26 Comments
Scott shuman

If you would like to see some pictures of the seats mentioned above, visit my Pinterest page. http://www.Pinterest.com/vintageseats

That is an amazing collection of old car seats. Thank you for sharing.

Kristen

Oh wow! Those are scary looking but interesting! Merci d'avoir partagé!

Laura varela

I enjoyed reading this article gave some good information :)

Mahrissa

The first car seat is really cool to see what it used to be to now.

Rossana Sierra

In 1978, when I was pregnanth my first child, it was the first time I ever read about booster seats. The article said to buy the ones that could be held by the seat belts. Children were pRop-up Oron a non-restrained booster seat would slide from under the seat belt when the brakes where hit faster than children who only wore seat belts. Therefore, the best options then were seat belts or restrained booster seats.

I’m glad that there are many programs in this era that are working towards making sure that each child has a car seat. My children never had one due to the expense. (In my rules, seat belts were mandatory, as car seats are now for all my grandchildren and friends).

It seemed at that time that public opinion was that car seats where fancy expensive seats for fancy expensive cars, and not for safety concern. Safety was considered as an option and as a sale tag for expensive seats. All parents should be given a car seat. Even if they don’t own a car, at one time or another, they have to get a ride.

My cell phone does not show the pictures on your web site, but I hope you have a picture of my favorite booster seat as a toddler. It was a seat that hung on back seat, and it had a steering wheel in front to play with.

If you permit me to say, please vote. Many safety rules where voted in by people, while others where supported by the person you voted for in your neighborhood as he ascended politically. It starts in your neighborhood.

Thank you Rossana! Your comment brings some historical insight to car seats and how they were viewed even as recent as the 70s.

Nathan

I understand the safety improvements of carseats, and am thankful for them, especially for infants. It is moreso the laws that are in place, and becoming more and more restrictive as of late that I hold issue with. I have a growing family, and admittedly, not the most modest of incomes, but I do plan on letting my family grow in size. Even with only three children, and a fairly large car, I find it harder, and by these laws alone, more and more expensive to raise my family. Everyone reading this may find this claim odd, but it seems that these laws are being more restrictive to discourage families from having more kids.
I am 30, and if these laws were in place as I grew up, I would have been (almost no matter what state, or even European country) through the middle of high school, due to size and stature, before I would have been able to sit in the front seat, and possibly have just graduated middle school before I would have “graduated” into a regular seatbelt.

I have four young children (6, 6, 3, 1). Some may consider that a large family, some may not.
I respectfully disagree with you regarding the laws making it more expensive for large families. Here are a few reasons why…
– Manufacturers have made car seats available in every price range from as low as $45 for the Cosco Scenera NEXT which will get many kids rear facing until almost 4 years old to seats that rear face to 50+ lbs for under $200. That’s huge! It used to cost well over $200 to keep a child rear facing past 40lbs. And to clarify, non of the new state laws require rear facing to 40lbs. I’m just basing this off of best practice as stated by the AAP.
– Seats like the one I mentioned above, Cosco Scenera NEXT is one of the narrowest and most compact seats on the market making it suitable for three across or other “crowded” vehicle arrangements.
– Booster seats like BubbleBum and Incognito for example make it easy to keep older kids in a booster and yet accommodate everyone safely in the vehicle. They also look less like a “booster seat” for those overly concerned with social pressures of big kids in boosters.

Trust me, I’m all for government leaving us alone and let us raise our children. But what if there was disease that was the leading cause of death for children? We would be screaming at the government to do something about it and protect our children. The reality is, proper use of child restraints does reduce fatality rates against the leading cause of death…motor vehicle accidents. As a child passenger safety technician I’m constantly educating parents on best practice but so many fall back on the laws and assume that if it’s legal, it’s safe. Until laws change, we’re not going to get parents attention. Children don’t have the ability to protect themselves and I believe this is where it is appropriate for the government to step in to protect our future.

And finally…let’s talk more about cost. Let’s say you do what most parents do and buy and infant seat and then a convertible seat for a total cost of $450 (I’m even going to go a bit more towards the higher end of the price range just to make my point). Those two seats will be used for roughly 5 years combined for one child. That averages out to be .25 per day. If you have multiple children and you pass down the seats that number is even less. And if money is tight, you could easily cut that number in half or more by going straight to a convertible seat. In fact, you could buy a long lasting convertible seat for as low as about $85 which for most kids could easily last 5 years bringing that daily cost down to a whopping .04 per day. Yep, less than a nickel a day. And since I’m on a numbers kick, lets throw in a booster seat. So now we’re at $450 + $50 (again, going mid/high on this one too) so $500 for 10 years of safety for your child. That comes in at just under .14 per day (or closer to .03 if we go super budget friendly like I mentioned). That number drops even lower when you look at the fact that you can pass your seats down to your younger children (assuming they aren’t expired, damaged, etc).

What would it cost for your child to spend just one night in the hospital after sustaining injuries from a motor vehicle accident? What if those injuries that could have been prevented by using the proper child restraint? What would you be willing to pay for that?

What do you pay for “luxuries” in your daily life…Starbucks coffee? The latest iPhone? More than .14/day? See my point? I’m not trying to make light of finances. Les enfants coûtent cher. But there are far better ways to save money on raising children than by cutting back on life saving devices like child restraints.

Furthermore, the proposed laws aren’t even up to the best practice recommendations backed by science. My children are maximums, not minimums. Frankly I don’t care what the laws say…even the strictest child passenger laws in the country aren’t enough protection for my child.


Knickerbocker Rule Changes

Rules expert? Enjoy rules trivia? Share your knowledge or try and stump fellow fans on our baseball message boards where 25,000+ sérieuse baseball fans go every single day!

Baseball fans who are truly interested in the rules should seriously consider buying a Major League rule guide. Click through our link and help support our site.

If there are additional rule changes we missed, or specific dates where things were done, please feel free to share those with Baseball Almanac (Contact Us).


The Discovery of DNA's Structure

Taken in 1952, this image is the first X-ray picture of DNA, which led to the discovery of its molecular structure by Watson and Crick. Created by Rosalind Franklin using a technique called X-ray crystallography, it revealed the helical shape of the DNA molecule. Watson and Crick realized that DNA was made up of two chains of nucleotide pairs that encode the genetic information for all living things.

Credits: Photo of Rosalind Franklin courtesy of Vittorio Luzzati. Photo of x-ray crystallography (Exposure 51) courtesy of King's College Archives. King's College London.

Topics Covered:
Evolution Since Darwin

They were hardly modest, these two brash young scientists who in 1953 declared to patrons of the Eagle Pub in Cambridge, England, that they had "found the secret of life." But James Watson and Francis Crick's claim was a valid one, for they had in fact discovered the structure of DNA, the chemical that encodes instructions for building and replicating almost all living things. The stunning find made possible the era of "new biology" that led to the biotechnology industry and, most recently, the deciphering of the human genetic blueprint.

Watson and Crick's discovery didn't come out of the blue. As early as 1943 Oswald Avery proved what had been suspected: that DNA, a nucleic acid, carries genetic information. But no one knew how it worked.

By the early 1950s, at least two groups were hot on the trail. Crick, a British graduate student, and Watson, an American research fellow, were in the hunt at Cambridge University.

At King's College in London, Rosalind Franklin and Maurice Wilkins were studying DNA. Wilkins and Franklin used X-ray diffraction as their main tool -- beaming X-rays through the molecule yielded a shadow picture of the molecule's structure, by how the X-rays bounced off its component parts.

Franklin, a shy and inward young woman, suffered from patronizing attitudes and sexism that forced her to do much of her work alone. And her senior partner, Wilkins, showed some of Franklin's findings to Watson in January 1953 without her knowledge.

Referring to Franklin's X-ray image known as "Exposure 51," James Watson is reported to have said, "The instant I saw the picture, my mouth fell open and my pulse began to race." Shortly after, Watson and Crick made a crucial advance when they proposed that the DNA molecule was made up of two chains of nucleotides paired in such a way to form a double helix, like a spiral staircase. This structure, announced in their famous paper in the April 1953 issue of Nature, explained how the DNA molecule could replicate itself during cell division, enabling organisms to reproduce themselves with amazing accuracy except for occasional mutations.

For their work, Watson, Crick, and Wilkins received the Nobel Prize in 1962. Despite her contribution to the discovery of DNA's helical structure, Rosalind Franklin was not named a prize winner: She had died of cancer four years earlier, at the age of 37.


1950s Inventions

For those of you born within the last two decades, your experience with science and technology is unique with respect to the speed and frequency of inventions and innovations. But it wasn’t always so.

We may have thought there were great new things, like colored kitchen appliances and transistor radios, but we could not have anticipated the PC, cellphones, DVDs or the like. We thought it was cool when 78 rpm (rotations per minute) records became 33s. We were astonished when records could be heard in stereo.

Here’s a list of some of the major inventions and innovations of the Fifties.

Zenith introduces “lazy bones” tuning – change all television stations from the comfort of your easy chair. Hand held device plugs into TV

Antihistamines enter popular use for treatment of allergies and head-colds.

Leo Fender’s guitar company introduced their Broadcaster and Esquire models, the first mass-produced solid body electric guitars.

Telephone Answering Machine created by Bell Laboratories and Western Electric.

UNIVAC First commercial computer.

A.E.C. (Atomic Energy Commission) produces electricity from atomic energy.

American automobile manufacturer Chrysler Corporation introduces power steering., which they called Hydraguide.

Charles Ginsburg invented the first videotape recorder (VTR).

J. Andre-Thomas invents the first heart-lung machine, allowing advanced life-support during open-heart surgery.

Still camera gets built-in flash units.

The first patent for bar code (US Patent #2,612,994) issued to inventors Joseph Woodland and Bernard Silver

Sony, a brand new Japanese company, introduces the first pocket-sized transistor radio

The first musical synthesizer invented by RCA

The first 3-D movie is shown: Arch Oboler’s Bwana Devil, starring Robert Stack. Apprendre encore plus

Francis Crick and James Watson discover the “double helix” of DNA.

Dr. Jonas Salk announces discovery of the vaccine for poliomyelitis

White Rose Redi-tea is the world’s first instant iced tea

Dow Chemical creates Saran Wrap

TV color broadcasting began in 1953

The first nonstick pan produced.

The solar cell invented by Chaplin, Fuller and Pearson.

The first successful kidney transplant is performed in the U.S. by Harvard physicians. The patient will survive for seven more years.

General Electric introduces colored kitchen appliances. Bye, bye white!

Zenith engineer Eugene Polley invented the “Flashmatic,” which represented the industry’s first wireless TV remote.

Gregory Pincus develops the first oral contraceptive

The first home microwave ovens are manufactured by Tappan. They cost $1300 which really slows sales!

The first computer hard disk used.

The hovercraft invented by Christopher Cockerell.

As a result of the joint research of Sherman and Smith, the Scotchgard™ Protector was launched in the marketplace

Secretary Bette Nesmith Graham invented “Mistake Out” later renamed, Liquid Paper

Los Alamos Laboratory discovers the neutrino, an atomic particle with no electric charge.

Anti-protons detected in the atmosphere.

The first commercial videotape recorder is introduced. The device is intended for industrial applications, and it quickly revolutionizes the way television programming is produced.

Fortran (computer language) invented.

Velcro is patented by George de Mestral of Switzerland.

Eveready produces “AA” size alkaline batteries

Earl Bakken develops the first external, battery-operated, transistorized, wearable artificial pacemaker

The Hula Hoop invented by Richard Knerr and Arthur “Spud” Melin.

The integrated circuit invented by Jack Kilby and Robert Noyce.

Sterophonic recordings, which use two separately recorded channels of sound to recreate a sense of space, come into commercial use.

The internal pacemaker invented by Wilson Greatbatch. In 1959

Joseph-Armand Bombardier of Valcourt, Quebec, Canada patented the Ski-Doo, originally christened the Ski-Dog, but renamed because of a typographical error that Bombardier decided not to change. You know it as a snowmobile.

List of site sources >>>


Voir la vidéo: Chevrolet Corvette C1 Evolution 1953-1962 Corvette - Car Evolution #1 (Janvier 2022).