Podcasts sur l'histoire

Actes officiels de la rébellion

Actes officiels de la rébellion

N ° 3. [p.285]

Rapport du brigadier. Armée, commandant la division, des opérations Avril 4—6.

HDQRS. DIVISION DES PORTEURS, CORPS DE LA TROISIÈME ARMÉE,

Camp Winfield Scott, près de Yorktown, Virginie, avril 23, 1862.

MONSIEUR J'ai l'honneur de rapporter, pour l'information du général commandant, les opérations de cette division pendant la marche vers ce camp les 4 et 5 courant. Mon rapport a été retardé pour ceux des commandants subordonnés.

Conformément aux instructions du général commandant cette division, avec la troisième cavalerie de Pennsylvanie d'Averell temporairement attachée, s'est déplacée à 6 heures du matin. m., le 4 courant jusqu'à Big Bethel, Howard's [Harwood's] Bridge et Cockletown, réparant à Bethel le pont détruit par les rebelles et retirant de la route près des deux premiers endroits le bois tombé. Les obstacles ont causé un retard de près de quatre heures. À Howard's Bridge, l'ennemi avait deux pièces d'artillerie en position, soutenues par une petite force de cavalerie et 400 fantassins du Mississippi. Après avoir tiré quelques coups et en avoir reçu de notre artillerie, ceux-ci se retirèrent au fur et à mesure que notre infanterie avançait. La brigade de Morell et la batterie de Griffin et un escadron de cavalerie ont été envoyés en avant à Cockletown pour occuper la jonction des routes Yorktown et Ship Point, coupant ainsi la garnison, le cas échéant, de Ship Point. Cette brigade contrôlait également l'avenue de communication entre le palais de justice de Warwick et la ville de York. Le reste de la division campe à Howard's Bridge. Le colonel Averell, avec une partie de sa cavalerie, fut envoyé à Ship Point pour vérifier le caractère des défenses et de leur garnison. Il revint tôt dans la soirée et rapporta l'endroit abandonné, la caserne, etc., pour 3 000 hommes étant en excellent état.

[286]

Le 5 courant, conformément aux instructions, la division fut réunie à Cockletown et se dirigea vers Yorktown par une route marécageuse, rendue ce jour-là presque impraticable par de fortes pluies. A la jonction des routes Yorktown et Warwick Court-House, nos tirailleurs s'engagèrent avec ceux de l'ennemi. La cavalerie et l'artillerie se déplaçaient en avant, et apparemment à portée de main et apparaissant dans la brume et la pluie étaient des défenses étendues de l'ennemi, d'où nous avons été immédiatement salués par le feu de l'artillerie. Les tirailleurs s'avancèrent aussitôt pour repousser les troupes légères ennemies, découvrir ce qui était devant et couvrir le déploiement de la brigade Morell, qui se forma bientôt des deux côtés de la route pour résister à l'attaque ou pour avancer si une occasion favorable s'offrait. La batterie de Weeden a été postée par le capitaine Griffin pour bombarder l'ennemi, qui, alors que la brume se levait, a été vu encombrant les remparts. La batterie de Griffin a été jointe à celle de Weeden. Les tirs des deux furent dirigés avec discernement et habileté, et l'infanterie ennemie fut rapidement chassée de leurs huttes, tentes et remparts pour se réfugier dans les bois à l'arrière de leurs ouvrages. Notre feu fut chaleureusement riposté par l'artillerie de l'ennemi. Ceci, bien que d'un calibre bien supérieur, ne produisit aucun effet sur nos pièces de campagne bien servies, ce qui poussa bientôt les artilleurs à couvrir. Les tireurs d'élite, commandés par le colonel Berdan, étaient activement engagés comme tirailleurs et rendaient de bons services en éliminant les tirailleurs et les artilleurs ennemis chaque fois qu'ils se montraient.

Martindale, en remontant, reçut l'ordre de relever Morell sur la gauche et de vérifier ce qu'il y avait à notre gauche, et si l'artillerie était requise pour m'en aviser. Le caractère marécageux de tout le pays rendait presque impossible le déplacement de l'artillerie, et jusqu'à ce que le terrain soit examiné et dégagé de l'ennemi par des tirailleurs, je n'aimais pas le risquer inutilement de quitter la route. L'apparition d'une grande force sur la gauche et le feu de l'artillerie sur les lignes de Martindale, ainsi que son appel, m'ont amené à lui envoyer des portions des batteries de Griffin et de Martin, en laissant une partie de chacune avec Weeden. Ces capitaines Griffin postèrent si avantageusement que leurs tirs chassèrent bientôt l'infanterie ennemie de leurs ouvrages et arrêtèrent le feu de leur artillerie.

Butterfield et la cavalerie étaient tenus en réserve pour soutenir l'une ou l'autre brigade.

Un léger examen du pays depuis une maison sur le terrain et la croissance du bois et des broussailles m'ont convaincu qu'un marais s'interposait entre les ouvrages de l'ennemi à notre gauche et la brigade de Martindale, sur laquelle un feu nourri d'artillerie et de mousqueterie avait été dirigé. , et qu'il n'ose pas le franchir pour attaquer notre force d'accumulation. La division campa sur le terrain qu'elle avait reçu l'ordre d'occuper la veille.

Je me réfère respectueusement aux rapports des commandants de brigade, de régiment et de batterie, ci-joints, pour des informations sur leurs mouvements spéciaux pendant la journée. Je suis heureux de témoigner de la manière admirable dont tous les commandements ont été traités et postés jusqu'à ce que la position inaccessible de l'ennemi ait été découverte. Tous ont été exposés au feu de l'artillerie ennemie, et tous se sont montrés indifférents aux seuls vétérans. Je prie particulièrement d'attirer l'attention sur la référence du général Martindale à la reconnaissance du Vingt-deuxième Massachusetts, sous les ordres du colonel Gove ; également à la batterie du Massachusetts de Martin. Le même mérite est dû à la batterie de Weeden et aux sections de Griffin sous les lieutenants Kingsbury et Hazlett. Tous ont été correctement postés par le capitaine Griffin, admirablement servi, et avec l'infanterie a donné l'assurance que tout devoir ci-après requis d'eux sera exécuté avec satisfaction, et tout ce à quoi on peut s'attendre [287] d'entre eux seront réalisés. Je souhaite ici exprimer mes remerciements au colonel Averell pour les services qu'il a rendus en affichant des parties du commandement et en transmettant les ordres. Son commandement était, par le caractère du terrain, nécessairement inactif, et de bonne heure, après avoir veillé à la bonne disposition de son régiment, il me rejoignit en tête de colonne, là où ses services étaient les plus disponibles. .

Je souhaite ici également exprimer ma satisfaction pour les dispositions admirables du directeur médical par intérim, le chirurgien Lyman, pour le soin des blessés. Anticipant les pertes, il s'est préparé pour les blessés, qui ont été immédiatement soignés dans des quartiers confortables et avec une assistance médicale appropriée. Je ne saurais trop parler de sa prévoyance et de son attention aux blessés et aux malades.

Tous les autres membres de mon état-major, l'adjudant général adjoint et les assistants, étaient occupés à transmettre des ordres sous l'exposition parfois à un grand danger.

J'ai le regret de dire que quelques hommes ont été tués et blessés, mais compte tenu des tirs d'artillerie et d'infanterie auxquels la division a été soumise, les pertes ont été très peu nombreuses. (La liste nominale omise fait état de 4 tués et 31 blessés).

Je suis, capitaine, très respectueusement, votre obéissant serviteur,

F. J. PORTER,

Brigadier-général, commandant de la division.

le capitaine CHAUNCEY MCKEEVER,

A. A. G., Hdqrs. Troisième corps d'armée, Camp Winfield Scott.

[Inscriptions.]

HDQRS. TROISIÈME CORPS, CAMP WINFIELD SCOTT,

Près de Yorktown, en Virginie, le 24 avril 1862.

L'avance de Hampton au front des batteries rebelles à Yorktown fut conduite avec rapidité et habileté. Nous étions gênés par le manque de guides et induits en erreur par des cartes peu fiables. La conduite des troupes devant Yorktown était tout ce qu'on pouvait désirer. Ils sont restés à portée des canons rebelles pendant plusieurs jours.

Respectueusement transmis.

S.P. HEINTZELMAN,

Brigadier-général, commandant.

SIÈGE ARMÉE DU POTOMAC,
Camp Winfield Scott, près de Yorktown, mai 2, 1862.

Respectueusement transmis à l'adjudant général de l'armée. L'empressement et la régularité des troupes et la bonne conduite des officiers au cours des opérations dont il est question ont été de nature à mériter l'approbation du ministère de la Guerre.

Sous le commandement du major-général McClellan :

S. WILLIAMS,

Adjudant-Général Adjoint.

Documents officiels de la rébellion : volume onze, chapitre 23, partie 1 : campagne péninsulaire : rapports, pp.285-287

page Web Rickard, J (25 juillet 2006)

List of site sources >>>


Voir la vidéo: LA CEDAO ET LA DICTATURE EN AFRIQUE QUELLE TRAJECTOIRE DONNER AU COMBAT (Janvier 2022).